Camer.be
CAMEROUN :: L’origine des noms de 20 quartiers de Yaoundé :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Source : The Spark
  • mardi 02 février 2016 02:43:09
  • 31817

CAMEROUN :: L’origine des noms de 20 quartiers de Yaoundé :: CAMEROON

Tous les jours les gens disent « Je vais à Yaoundé, Yaoundé la capitale ». Mais combien d’entre nous connaissent l’histoire de cette ville ? Oui combien connaissent véritablement l’histoire de la ville aux 7 collines ? Que celui qui know lève son doigt, la honte quitte sur lui. Zamba ! Yaoundé est à l’honneur aujourd’hui. Que les politiciens en puissance se calment pardon ! Il s’agit de know l’histoire qu’il y a autour des names de certains quartiers de Ongola. Parfois, la signification vient des phénomènes observés. Par moment, les noms résultent des événements mémorables. D’autres portent même le nom des personnalités qui se sont distinguées par leur comportement remarquable. On y va !

1- Nkolndongo : signifie colline de Ndongo. Il vient de 2 ways. Nkol (la colline et Ndong (le ravin en Ewondo). Nkolndongo tire ses origines de la colline qui est située derrière le Lycée de Nkolndongo. Il paraît que cette colline faisait tellement peur aux populations que personne n’osait la grimper de peur de tomber dans le ravin. Avec le temps, Nkolndongo est devenu le nom d’un village où vivent les Emombo, les Mvog Mbi et les Mvog Ada.

2- Ngoa-Ekele : ou Ngok Ekele signifie en Ewondo « pierre suspendue ». Il vient des mots Ngoa ou Ngok (pierre ou rocher) et Ekele (suspendu). C’est une zone dominée par le plateau Atemengue. Mais c’est surtout le Kwat de l’Université de Yaoundé I, la toute première du Cameroun.

3- Biyem-Assi : est situé au Sud-Ouest de Yaoundé. Son nom vient de la rivière Biyeme qui se jette dans le Mfoundi au Sud de la ville. Biyem-Assi abritait aussi des letch lors des migrations des Béti.

4- Messa : est le pluriel du mot « Assa » qui veut dire « prunier » (en Ewondo), la plante qui donne les prunes. Il paraît qu’il y en avait en abondance à cette période. Qu’elles étaient très sucrées. Malheureusement, today, l’urbanisation de la ville a fait qu’on en trouve presque plus là-bas. Hélas !

5- Melen : est le pluriel de « Allen » qui en Ewondo veut dire « palmier à huile ». Quand les Allemands sont came, ils ont trouvé les palmiers à huile jouuuka. Ils ont même encouragé les populations à continuer à en planter en bordure de la route d’où le nom de Ndzong Melen qui signifie en français la « Rue des palmiers ».

6- Kondengui : se traduit en français par « arène des gorilles ». Konde veut dire « cour de… brousse de… » et Ngui signifie « gorille ». Pour la petite histoire, c’est en se battant que les Mvog Ebanda ont réussi à s’installer à Nkol Atom et à Kondengui. Un lieu où ils ont trouvé plusieurs gorilles.

7- Mvog Atangana-Mballa : est un kwat situé à Awaé et limité par Mvog Mbi au Nord, Mvolye vers le sud, Olezoa vers l’Ouest. Il symbolise le regroupement des domiciles des descendants consanguins de Atangana Mballa de l’ancêtre Essomba-Nag-Bana et frère de Fuda Mballa et Tsungi Mballa. Ils se seraient installés ici lors des migrations Béti et bien avant que les white n’atterrissent.

8- Mvog-Ada : Ces habitants sont les descendants de Tsungi Mballa. Son fils Otu Tamba avait épousé une floppée de femmes parmi lesquelles : Ada, Betsi, Amvuna, Ntigui et Bela. Chaque femme a born d’où les clans Mvog Ada, Mvog Amvuna, Mvog Bela, Mvog Betsi, Mvog Ntigui. Ils se sont installés au village dit Messa au niveau de l’Hôpital Central actuel.

9- Elig Essono : C’est un kwat situé à Djoungolo. Il a été fondé par Essono Balla Joseph, un ancien combattant qui a do la 1ère guerre mondiale. C’est surtout un ancien chef traditionnel de Djoungolo qui était à la tête des Mvog Ada et des Ebounboun de 1930 jusqu’à sa mort en 1951.

10- Elig Edzoa : Edzoa Mbedé est le fondateur de la dynastie Elig Edzoa. Il était le chef de all la tribu Emombo située à Nfandena. Il paraît que c’était un sorcier très puissant qui faisait peur aux populations. C’est la raison pour laquelle son apparition demeure un traumatisme pour les Emombo de Nfandena qui est une localité dans laquelle sont inclus les quartiers Omnisport, Elig Edzoa, Essos, Nlongkak, et une partie de Djoungolo.

11- Elig Effa : La dysnatie d’Elig Effa a pour fondateur Effa Omgba Amougou Alphonse, un Mvog Betsi. C’était un chef catéchiste à Mvolyé. C’est lui qui baptisait les Ewondo, les Eton, les Yambassa, les Bamiléké de la région de Yaoundé et all le moto qui désirait se marier à l’église catholique. À sa mort en 1939, les gens ont décidé à l’unanimité de donner son nom au village.

12- Etoudi : est situé au nord de Yaoundé, siège du Palais présidentiel. Son name came des populations de la tribu Etoudi lors des migrations Béti. On les retrouve dans les quartiers nord de la ville. Mballa, Oliga, Etoudi, Mfoundasi, Ekoudou, Nlongkak.

13- Tsinga : Tout d’abord, le vrai nom de Tsinga est Ntougou. Il est tiré d’une rivière. C’est le siège des Mvog Ekoussou, un peuple chassé vers 1936. Le nom de leur village a été modifié paraîtil sous l’impulsion de André Fouda, l’ancien Maire de Yaoundé.

14- Awaé : signifie « repos » en Ewondo. Apparemment, Awaé était un endroit qui servait de repos aux populations anciennes après une longue marche. C’était donc un lieu de rassemblement, un carrefour pendant les migrations.

15- Mimboman : a presque la même explication qu’Awaé. À la différence que Mimboman était un lieu d’installation définitive. Mimboman signifie les arrivées, les rencontres définitives, ou les installations des populations. Selon plusieurs contes, les Beti d’origines diverses s’y sont installés de façon définitive.

16- Mvolyé : vient de l’expression Ewondo « Mvol ayé ». Mvol (promesse) ayé (difficile, dur, compliqué). Mvol ayé veut donc dire, tenir difficilement, sa parole, ses promesses. C’est aussi le fait de rembourser difficilement ses dettes. Certains récits affirment qu’à Mvolyé, il eût un chef qui avait du mal à rembourser ses dettes. Il hébergeait même ses créanciers et ne manquait jamais d’arguments pour les convaincre. À la fin, tous ceux qui se rendaient chez lui disaient « Make Mvol ayé » en français « Je vais batailler pour avoir le remboursement ». C’est finalement cette anecdote qui est devenue le nom de tout son village désormais appelé Mvolyé.

17- Efoulan : vient de l’expression Ewondo, Efoulan-Meyong qui signifie « brassage ou mélange des populations d’origines diverses ». Le quartier Efoulan abritait le domicile du Chef supérieur des Ewondo et des Bene, le célèbre Charles Atangana. C’était la chefferie dans laquelle les populations se retrouvaient pour voir le Chef. Ce qui a fait de lui le chef le plus connu de la province du Centre du Cameroun. C’était le Meyong Meyeme de tous les Béti. Enfin, c’est à juste titre que son domicile a pris à juste titre le nom d’Efoulan-Meyong.

18- Nsi Meyong : signifie en Ewondo « Ce qui effraie les peuples » ou « épouvantail des populations ». Il vient de 2 mots.Nsi (effrayer, épouvanter) et Meyong (peuple, tribu). Ce nom vient de Charles Atangana qui était connu aussi sous le nom de Meyong Meyeme. C’est la raison pour laquelle la seule évocation de son nom faisait trembler tout le monde.

19- Quartier Briqueterie : tire son nom de l’atelier de briqueterie implanté pendant la période allemande. Cette briqueterie a beaucoup contribué à la construction des infrastructures de Yaoundé. Par ailleurs, c’est aussi un quartier dans lequel une grande communauté de nordistes (haoussa) vivent d’où son nom de Quartier Haoussa.

20- Bastos : tire son nom de l’usine Bastos, qui était une manufacture des cigarettes installée au nord-ouest de la ville en 1936. Cette entreprise recrutait plein de jeunes. Le personnel était conséquent. Aujourd’hui, l’usine Bastos existe encore. Elle abrite notamment la société de manufacture de cigarettes L&B.

Source : Dominique Obama, Professeur des Lycées et Collèges d’Enseignement secondaire général en service au CES de Yaoundé III.

02févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo