PREDICATION DU DIMANCHE 09 JANVIER 2022 PAR LE REV. DR JOËL HERVE BOUDJA
FRANCE :: RéLIGION

FRANCE :: PREDICATION DU DIMANCHE 09 JANVIER 2022 PAR LE REV. DR JOËL HERVE BOUDJA

Textes : Esaïe 40,1-5.9-11 ; Tite 2,11-14 ; 3,4-7 ; Luc 3,15-22

Et voilà ! C’est fini.  Ils sont partis.  Ils sont rentrés chez eux.  Les mages ont vu Jésus, le roi des juifs annoncé par l’étoile et ils ont été à la fois heureux et déçus.  Un peu déçus non pas parce que ce n’était qu’un enfant, mais déçus parce que cela n’a pas duré assez longtemps et qu’il leur a manqué encore quelque chose.  C’est un peu comme nous à la fin de cette période de Noël.

C’était à la fois très bien et pas assez.  Pas assez, évidemment à cause des restrictions dues à la situation sanitaire, mais pas assez, surtout parce qu’on aurait voulu que cette période de fête et de rencontres dure plus longtemps et soit plus riche et plus profonde encore.  On n’a jamais assez dans une belle rencontre et avec ceux qu’on aime on n’a jamais assez de les voir et de goûter leur présence.

C'est fou ce que le temps passe vite. Même parfois trop vite. Dire que la semaine passée, nous étions toujours à la crèche nous joignant aux mages venus rencontrer Dieu nouveau-né. Et voilà qu'en quelques jours, nous avons traversé le temps, environ trente ans. Le temps nécessaire pour passer de l'Epiphanie au Baptême de Jésus.

Il y a eu toutes ces années dont nous ne savons pour ainsi dire rien : une fuite en Egypte, une visite au temple de Jérusalem quand l'enfant avait douze ans puis silence radio sur toute la ligne et voilà qu'il réapparaît aujourd'hui, prêt à commencer une nouvelle étape de sa vie. Dieu était né à la crèche et il est re-né dans l'événement de son baptême lorsque Dieu lui annonce : " c'est toi mon fils bien aimé ; en toi, j'ai mis tout mon amour ".

Une différence existe cependant entre le baptême du Christ et le nôtre : Jésus a effectivement attendu de nombreuses années avant de vivre son baptême alors que pour la majorité d'entre nous, nous sommes un peu comme Obélix, le compagnon d'Astérix, tous deux nés d'ailleurs le même jour comme nous avons pu le découvrir dans leur album.

Oui, nous sommes un peu comme Obélix, car, en ce qui concerne le baptême, nous sommes tombés dedans quand nous étions petits. Pour beaucoup, nous n'avons pas choisi d'être baptisés, c'était la décision de nos parents. Mais notre présence en ce lieu est signe de la ratification de cette décision. Par cet acte, nous tenons à montrer que nous avons décidé de traverser notre vie différemment.

Par notre baptême, toutes et tous nous sommes porteurs et donneurs de vie là où nous sommes, avec tout ce que nous avons reçu. Le baptême nous a rendu vivants dans la vie, c'est-à-dire que nous désirons renoncer à tout ce qui pourrait l'abîmer voire l'éliminer. Je pense à la haine, au racisme, à la vengeance, à l'injustice, au mensonge et à bien d'autres choses encore qui nous détournent de notre finalité et nous entraînent vers une vie mortifère.

Il est vrai, comme le dit l'humoriste, la vie est une maladie mortelle, incurable. Triste perception de la vie alors que notre baptême nous convie à vivre une vie vivante, c'est-à-dire une vie qui conduit au bonheur. Tel est le sens du salut proposé à tout être humain dans les mots de saint Paul : " La grâce de Dieu s'est manifestée pour le salut de tous les hommes ". Jésus vient nous sauver, il est le Sauveur. Le Sauveur et non le Sauveteur.

C'est ce que certains théologiens ou liturgistes n'ont toujours pas compris lorsque nous trouvons aujourd'hui encore dans des rituels de baptême des phrases telles " pour nous libérer du pouvoir de Satan... ; pour que l'homme arraché aux ténèbres... ; ou encore, ces enfants rachetés du péché originel ".

Quelle conception négative de la vie à l'image des visages de ces théologiens au regard triste tellement ils portent le poids du monde sur leurs épaules. Ils ont tout simplement oublié que cela avait déjà été fait il y a plus de deux mille ans et que grâce à la résurrection du Christ, nous pouvons maintenant vivre une vie vivante et non plus une vie mortifère. La vie vivante nous est offerte par un Sauveur.

Oui, le Christ est venu nous sauver, c'est-à-dire nous montrer un chemin de vie, un chemin d'amour et de bonheur, un chemin de réalisation de chaque être humain pour que tout homme, toute femme, tout enfant puisse pleinement participer à la grande aventure du salut de Dieu. Par le baptême, nous sommes renouvelés dans l'Esprit Saint, c'est-à-dire que nous sommes re-nés en Dieu à la vie.

Aujourd'hui, les chrétiens du monde entier pourraient être dénommés des " re-nés ". Tel serait notre second prénom qui s'adjoindrait à celui que nous avons reçu à notre naissance. Comme si nous avions tous un prénom composé. Même si cela peut faire sourire, toutes et tous par notre baptême nous sommes des re-nés en puissance. Mais des re-nés à la vie, des re-nés à la beauté de l'existence, des re-nés à l'aventure divine. Voilà ce que notre Sauveur est venu nous offrir. Grâce à cette renaissance nous possédons dans l'espérance l'héritage de la vie éternelle.

Quel optimisme dans le plan de Dieu pour sa création entière ! Quittons alors ces images négatives de la foi et laissons la grâce divine faire son œuvre en nous pour que les effets de notre baptême se lisent dans la lumière souriante de nos yeux. Nous sommes donc chacune et chacun devant un choix : vivre une vie mortifère en quête d'un Sauveteur ou vivre une vie vivante à la suite du Sauveur. Notre baptême ne nous laisse cependant pas la possibilité de choisir. Dieu nous appelle à vivre la vie. Ne dit-il pas : " je suis venu pour que vous ayez la vie, la vie en abondance " ?

Amen.

 
 

Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo