Autoroute Yaoundé-Nsimalen  : De glissement en glissement
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Autoroute Yaoundé-Nsimalen : De glissement en glissement :: CAMEROON

Les travaux tournent au ralenti à quatre jours du (nouveau) délai annoncé par la Minhdu.

Des Caterpillar et autres gros engins sont garés. Seuls des camions transportant du sable et du gravier font des va-et-vient. Aux abords de la route, des tas de gravier et de sable dominent le paysage. Nous sommes au quartier Ahala, plus précisément au lieu-dit « Premier échangeur »à Yaoundé. Cet endroit, encore en chantier, est situé à 2000 mètres de l’Aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. C’est là que commencent les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen. Il est pratiquement 16h, ce 3 décembre 2021.

Le soleil  décline à l'horizon. A l’entrée de ce tronçon en chantier, une plaque renseigne: « Travaux. Interdit d’entrer ». Sauf que la consigne n’est pas respectée. Taxis et véhicules des particuliers y circulent de temps à autre, faute d’une voie de contournement. Au milieu de la route est posé un pneu noir qui sert de rond-point. Un peu plus loin, il y a : « le deuxième échangeur »qui serait en cours de finitions. Dans  l’ensemble, le site donne à voir. Pourtant, il faut s’approcher pour constater que tout est encore en chantier.

À quatre mètres du pont est visible une ligne d’environ 100 mètres à bitumer. Nous sommes rendus à 18h sur les lieux, aucun des lampadaires solaires installés le long de la route n’est allumé. A peine une cinquantaine sur cent seraient fonctionnelles, apprend-on. L’autre constat est que sur le site, les odeurs du ciment et du goudron sont fortes. Signe que les travaux sont en cours. Et ce n’est pas tout.

Des véhicules visiblement en panne sur le site causent des embouteillages. Ils empêchent aux compagnies de transport qui desservent l’axe Douala-Yaoundé de mener leurs activités lucratives en toute quiétude. Le long de la future autoroute, tout est recouvert de poussière. Au lieu-dit « Borne 10 »au quartier  Odza, les travaux  se poursuivent mais la voie n’est pas encore ouverte. Des creux et crevasses sur les lieux laissent croire qu’il y a encore des travaux de remblaye à faire.

Face à ce constat, tout porte à croire que la cloche de la fin des travaux est loin d’être sonnée. Pourtant, la ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtès lors de sa récente visite sur le chantier, le 10 novembre dernier, avait déclaré devant la presse que « les seuls travaux qui restent à faire sont des travaux de raccordement de l’autoroute à la nationales n°3. C’est donc dire que d’ici le 30 novembre ou au plus tard le 10 décembre 2021, le chantier sera terminé et la route sera ouverte ».

Ce n’est pas la seule déclaration annonçant la fin des travaux de cette autoroute. Le 20 juin 2021, la Minhdu avait affirmé au cours  d'une émission diffusée sur les antennes de la télévision nationale, Actualités Hebdo, que « nous allons faire une descente fin septembre ou début octobre, pour qu’avec la Délégation générale à la Sûreté nationale et tous les acteurs concernés par l’utilisation de cette route, nous puissions nous rassurer que toutes les conditions sont réunies pour la réception soit en fin octobre, tel que le comité de pilotage du projet l’avait prévu ».

Pilotage

Des promesses en série, alors que les termes du contrat semblaient clairs, il y a sept ans, sur la date de livraison de la section rase campagne de l'autoroute Yaoundé-Nsimalen. Elle était fixée au mois de janvier 2020. A quatre jours du nouveau jour dit, c'est à dire le 10 décembre, des sources proches du Minhdu semblent vouloir se dédouaner. « Ce n’est pas madame la ministre qui construit la route. Elle a juste repris ce que la société en charge de la construction lui a dit. Si le travail n’est pas livré, ce sera de leur faute », a confié sous cape une source au ministère.

Or, le 13 octobre dernier, Célestine Ketcha Courtès effectuait une visite de travail sur les lieux. Pendant celle-ci, elle déclarait être satisfaite de l’avancement des travaux. L’autoroute Yaoundé-Nsimalen (section rase campagne) est longue de 10,8 km. Les contrats de construction ont été signé depuis 2013. Les travaux évalués à plus de 100 milliards Fcfa ont été effectivement lancés en 2014. Cette voie est en cours de réalisation par la « China Communication Construction  Compagny », une société chinoise.

Rendu à ce jour, cette route a connu plusieurs glissements de dates de livraison, janvier 2020 et novembre 2021, notamment. La section rase campagne de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen fait partie d’un projet autoroutier d’un linéaire global de 23,1 km, destiné à desservir l’aéroport international de la capitale politique du Cameroun. La mobilisation des financements pour la section urbaine, longue d’un peu plus de 12,3 km n'est pas bouclée.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo