Scandale de Frappe Organisé : L'Arnaque en Mémoire de Lapiro de Mbanga
CAMEROUN :: MUSIQUE

Cameroun :: Scandale De Frappe Organisé : L'arnaque En Mémoire De Lapiro De Mbanga :: Cameroon

Je prends la parole aujourd'hui pour dénoncer avec véhémence le plus grand scandale de frappe organisé en la mémoire de feu LAMBO SANDJO Pierre Roger, plus connu sous le nom de LAPIRO DE MBANGA. Ce talentueux artiste camerounais nous a quittés le 16 mars 2014 aux États-Unis, et le 16 mars 2024 devrait marquer les 10 ans de sa disparition.

Cependant, des individus mal intentionnés se cachent dans l'ombre et utilisent une image de Lapiro de Mbanga, portant un numéro, pour arnaquer plusieurs Camerounais dans le cadre d'une soi-disant célébration des 10 ans du défunt. Cette supercherie est inacceptable et doit cesser immédiatement.

L'épouse de Lapiro de Mbanga, constatant cette forfaiture, lance un appel solennel pour que justice soit rendue. Nous, sa famille, prévoyons d'organiser une célébration à la hauteur de l'illustre disparu, avec le rapatriement de ses restes dans son pays natal, le Cameroun.

Lapiro de Mbanga était bien plus qu'un chanteur. Surnommé "Ndinga Man", il était l'idole des opprimés, des travailleurs oubliés qui peuplent les quartiers défavorisés et les gares routières du Cameroun. Ses chansons, telles que "No Make Erreur", "Surface de Réparation", "Kop Nie", "Mimba We", et "Na You", dénonçaient sans relâche les réalités socio-économiques de son pays.

En 2008, Lapiro de Mbanga a osé critiquer le président camerounais Paul Biya dans sa chanson "Constitution constipée". Cette chanson dénonçait la modification proposée de la clause constitutionnelle limitant les présidents à deux mandats de sept ans. Le gouvernement camerounais a banni "Constitution constipée" des ondes, mais des milliers d'étudiants camerounais l'ont utilisée comme hymne lors de manifestations de protestation en février 2008. Ces manifestations s'opposaient au changement constitutionnel qui permettrait à Biya de briguer un nouveau mandat en 2011.

Lapiro de Mbanga a été arrêté le 9 avril 2008 et condamné à trois ans de prison pour sa chanson. En décembre 2009, il a contracté la fièvre typhoïde et a failli en mourir, mais sa femme a réussi à lui sauver la vie en lui apportant des médicaments. Dans une interview, il a décrit les conditions de détention comme étant bien en dessous des exigences minimales.

Aujourd'hui, nous continuons à honorer la mémoire de Lapiro de Mbanga, et nous exigeons que les imposteurs cessent d'exploiter son image. La célébration des 10 ans de sa disparition sera un hommage digne de son héritage.

Lire aussi dans la rubrique MUSIQUE

Les + récents

partenaire

canal de vie

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo


L'actualité en vidéo