World news CAMEROUN :: Récépissés : Les prorogations qui fâchent :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Récépissés : Les prorogations qui fâchent :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Mutations : Rosette Ombessack
  • vendredi 25 septembre 2020 11:28:00
  • 2197

World news CAMEROUN :: Récépissés : Les prorogations qui fâchent :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Les lenteurs observées dans l’établissement de la carte nationale d’identité deviennent de plus en plus inquiétantes.

24 et 48h. Voilà le temps que les Camerounais devront attendre pour entrer en possession de leurs passeports dès mars 2021. Un délai très court qui fait de nombreux envieux. En effet, plusieurs personnes attendent depuis longtemps pour avoir la carte nationale d’identité qui tarde à être établie. « Nous voulons que le Dgsn signe également une convention de partenariat pour l’avoir en 24 h comme pour les passeports ».

C’est le cri de détresse que lance Patrick Mbom 2 au commissariat de Nkoldongo le 21 septembre dernier. Le trentenaire s’y est rendu pour la énième fois dans l’espoir de retirer sa Cni. Malheureusement, il va rentrer avec un autre cachet de prorogation apposé sur son récépissé. En effet, comme Patrick Mbom 2, de nombreux Camerounais utilisent un récépissé depuis des mois, voire des années. Pauline Mengue est de ceuxlà. Rencontrée au commissariat de Nkolbissong, elle dit ne plus savoir à quel saint se vouer. « Lorsque tu arrives ces jours au commissariat, l’agent de police te demande simplement ton récépissé pour qu’on proroge la date de validité. On dirait que les Cni ne sortiront plus jamais. C’est depuis octobre 2018 que j’attends désespérément », lâche exaspérée cette mère de deux enfants.

Du côté du 1er arrondissement du commissariat spécial de Yaoundé, la situation est la même. Les requérants de la Cni vont et viennent. Sur une chaise à l’extérieur du bureau d’identification, se trouve une boîte dans laquelle ils sont appelés à déposer leurs récépissés. Lorsque la boîte est presque pleine, une dame du secrétariat s’approche et vide son contenu et se rend à l’intérieur. Lorsqu’elle ressort, tous les yeux sont rivés sur elle. Alors commence l’appel. Il ne s’agit malheureusement pas des Cni, mais des récépissés dont la date de validité vient une fois de plus d’être prorogée.

Le calvaire de nombreux requérants de la Cni va donc encore se poursuivre dans des contrôles de police ou dans des établissements bancaires, car les récépissés, dont la validité est parfois prolongée indéfiniment, ne trouvent pas toujours grâce aux yeux des agents en faction ou préposés à l’accueil. Or on sait que selon la norme prescrite, le récépissé a un délai de trois mois renouvelable une fois.

25sept.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo