Appel à la résistance : Nintcheu s’aligne sur la position de Kamto
CAMEROUN :: POLITIQUE

CAMEROUN :: Appel à la résistance : Nintcheu s’aligne sur la position de Kamto :: CAMEROON

Le député et non moins président régional du SDF pour le Littoral est d’avis qu’aucune nouvelle élection ne se tienne au Cameroun avant le retour de la paix dans le NoSo et la réforme du système électoral.

24 heures après que Maurice Kamto a juré qu’il appellerait « au départ pur et simple » de Paul Biya du pouvoir au cas où celui-ci viendrait à convoquer le collège électoral en vue des élections régionales avant le retour effectif de la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et une réforme consensuelle du système électoral, le président régional du Social Democratic Front (SDF) pour le Littoral, Jean-Michel Nintcheu, s’est, dans un message posté sur sa page Facebook hier mardi, dit favorable à une telle démarche.

« Quand toutes les voies de négociation consensuelle pour la réforme en profondeur des institutions sont bloquées, l'insurrection populaire - qui est une autre forme d'expression légitime s'impose. La Constitution, ainsi que tous les instruments juridiques internationaux ratifiés par le Cameroun entérinent ce mode d'expression », écrit le député, qui s’aligne sur la position d’une insurrection populaire éventuelle. En conséquence, suggère-t-il, le régime de Yaoundé gagnerait à faire sienne cette célèbre citation de l’ancien président américain John Fitzgerald Kennedy : « À force de rendre impossibles les évolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes ».

Revenant sur la participation de son parti aux dernières élections législatives et municipales, il précise que le gouvernement avait donné « des assurances que les réfugiés et les déplacés internes allaient revenir dans le NoSo, pour que le vote se passe avec sérénité » et afin qu’il y ait une participation massive des électeurs. Mais au bout du compte, « cela n'a pas été le cas » et, moins de 02% des personnes inscrites sur les listes électorales ont voté, d’après lui. Jean-Michel Nintcheu reproche, par ailleurs, au régime de Yaoundé d’être « resté autiste et condescendant sur les réformes électorales ».

Il rappelle, du reste, que les conditions posées aujourd'hui par le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) viennent rejoindre la position du SDF, « qui ne doit aucunement cautionner la mascarade en préparation ».

Comme Maurice Kamto, le député réputé baroudeur est convaincu que le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) « s'apprête à infliger une humiliation sévère et terrible à ceux qui voudraient participer aux régionales, pour les enterrer définitivement dans l'opinion ».

Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo