Inhumation des morts du Covid-19 : 48 heures au maximum
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Inhumation des morts du Covid-19 : 48 heures au maximum :: CAMEROON

C’est la recommandation du Conseil scientifique au terme de sa session du 22 mai dernier à Yaoundé, sous la présidence du Pr. Koulla-Shiro Sinata.

L’on s’achemine vraisemblablement vers un assouplissement du temps d’inhumation des personnes décédées des suites de coronavirus au Cameroun. L’enterrement ne doit plus intervenir quelques heures après le décès comme c’est le cas depuis le début de cette pandémie. C’est en tout cas, ce que propose le Conseil scientifique des urgences de santé publique, présidé par le Pr. Koulla-Shiro Sinata.

Délai d’inhumation

Au terme de la session du 22 mai dernier, l’instance recommande que les personnes décédées des suites de Covid-19, soient inhumées dans un délai n’excédant pas 48 heures. Elle suggère par ailleurs que l’enterrement soit effectué dans la ville de survenance du décès, au domicile familial s’il y est situé ou dans un cimetière public, dans le cas contraire. Cependant, le Conseil scientifique proscrit le transfert de la dépouille en dehors de la ville de survenance du décès.

Manipulation des corps

Les membres de cette instance souhaitent que la manipulation et l’inhumation du corps soient opérées par les personnels techniques formés et protégés, conformément aux procédures standards en la matière. Tout comme ils conseillent que le corps soit placé dans un cercueil hermétique, fermé et zingué, avec ou sans vitre encastrée permettant à la famille de voir le visage du défunt.

Mise en bière

A ce sujet, l’instance préconise que les familles préalablement et dûment informées de la cause du décès, soient autorisées à voir le corps, sans contact physique, avant toute mise en bière et à assister en nombre restreint à l’inhumation, dans le respect des précautions standards.

Enterrement

L’équipe du Pr. Koulla-Shiro Sinata voudrait que les corps soient enterrés dans le respect de la dignité humaine et de leurs traditions culturelles et religieuses, n’impliquant pas de contact physique, par les services de la mairie et de l’hôpital du lieu de décès. Et que l’environnement et les surfaces sur lesquelles le corps est exposé soient désinfectés conformément aux procédures en la matière. Le Conseil ne manque pas aussi de suggérer que la communication soit améliorée et renforcée avec les familles concernées, notamment en ce qui concerne la gestion des corps des victimes du Covid-19.

Encadrement juridique

Il est souhaité qu’un texte juridique soit pris pour encadrer la gestion des corps des personnes décédées des suites de maladie épidémique. Ces recommandations du Conseil scientifique, si elles sont appliquées, vont sans aucun doute apaiser les cœurs des familles qui vivent mal la manière dont leurs proches sont enterrés. En rappel, le Conseil scientifique est selon une source bien introduite au ministère de la Santé publique, « une instance consultative, créée par le ministre ». Son rôle est d’émettre des avis au gouvernement, afin de lui permettre de prendre des décisions éclairées sur les problématiques des urgences sanitaires.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo