CAMEROUN :: Mintp: Bien comprendre les mécanismes de la construction de la Nationale No 15 :: CAMEROON
CAMEROUN :: Mintp: Bien comprendre les mécanismes de la construction de la Nationale No 15 :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Darren Lambo Ebelle
  • vendredi 05 juin 2020 12:12:00
  • 1354

CAMEROUN :: Mintp: Bien comprendre les mécanismes de la construction de la Nationale No 15 :: CAMEROON

La route nationale No 15, est le plus important projet actuel du gouvernement camerounais, en matière d'infrastructures routières. D'un linéaire de 385 km, la route nationale No 15 qui part de Batchenga (région du Centre) à Ngaounderé ( région de l'Adamaoua ) en passant par Ntui, Mankim et Yoko, a un coût total de construction, de 360 milliards francs CFA. Les travaux ont été lancés en 2017.

Seulement, des informations erronées et non recoupées à bonne source, et s'apparentant davantage, à une volonté de nuire gratuitement à la réputation du ministre des Travaux publics ( Mintp ) Emmanuel Nganou Djoumessi, ont fusé de part et d'autre. Toute chose qui a poussé votre reporter, à se rapprocher du ministre des Travaux publics, lequel a favorablement répondu à notre sollicitation, en nous orientant vers la chef de la Cellule de Communication de son ministère, Dr. Corinne Esse, par ailleurs enseignante à l'Ecole supérieure des sciences et techniques de l'information et de la communication ( Esstic ). Notre démarche fait suite à la polémique née sur les chantiers de construction des lots 2 (/Ntui - Mankim, ), et 3 ( Mankim - Yoko), de la route nationale No 15. Les deux lots font un linéaire de respectivement, 96,7 km, et 82, 1 km. Les retombées socioéconomiques seront énormes après la construction de la Nationale No 15.
Selon Dr. Corinne Esse la chef de la cellule de Communication du Mintp, les travaux de la route nationale No 15, Batchenga - Ngaounderé démarrés en 2017 sur certaines sections, poursuivent leur cours, avec un bilan globalement satisfaisant. " Ils sont achevés sur la section Yoko - Lena, et en cours d'achèvement sur la section Batchenga - Ntui, tandis qu'ils se poursuivent avec un taux d'avancement de 56,52%, au niveau des lots 5 et 6 ( Lena - Sengb - Tibati).

Toutefois...

La chef de la cellule de Communication du Mintp,, admet des dysfonctionnements imputables à l'entreprise adjudicataire du marché des lots 2 et 3: Elevolution. Aussi, affirme-t-elle que " sur les deux lots, je dirais que l'attribution s'est faite sur la base du moins disant. La question qui pourrait venir immédiatement à l'esprit, est de savoir pourquoi confier deux lots à la même entreprise ? La réponse est que la proposition du prix de l'entreprise Elevolution, était conditionnée par l'attribution des deux lots". Toute chose qui selon Corinne Esse, ne doit souffrir d'aucune incompréhension, dans la mesure où Sogea - Satom est aussi adjudicataire de deux lots, sur cette même route nationale No 15. En effet, selon la Communication du Mintp, Elevolution avait exigé l'obtention de deux lots, par la technique du prix concurrentiel bas qu'il avait proposé, et lequel n'était alors variable que dans la mesure où deux lots de la route nationale No 15, leur étaient attribués.
Et de nous informer que juste après l'attribution des deux lots ( 2 et 3) à l'entreprise Elevolution, une avance de 17 milliards francs CFA pour démarrage des travaux, leur avait été faite.

Aux origines des dissensions

De la chef de la cellule de Communication du Mintp, nous apprenons que juste après le décaissement de l'avance de démarrage de 17 milliards francs CFA, le co- contractant et le maître d'ouvrage, tombent en discorde. Le maître d'ouvrage constate le faible déploiement de l'entreprise Elevolution sur les chantiers attribués ( lots 2 et 3 ), avec notamment, l'absence d'engins et de techniciens. Les rapports de la mission de contrôle ( Groupement Cira / Bec la Routière), ainsi que d'autres missions similaires, motivent les premières mises en demeure servies à l'entreprise Elevolution. Fidèle à ses missions d'accompagnement et d'encadrement des entreprises adjudicataires des marchés, le ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi, organise une réunion avec les responsables de l'entreprise Elevolution. Une concertation élargie aux autres acteurs du projet de construction de la route nationale No 15 ( Batchenga - Ngaounderé), dans le cadre des revues des chantiers. " Une démarche qui hélas, n'a pas poussé Elevolution à la réaction. Les inquiétudes étaient également partagées par les bailleurs de fonds du lot 2, Ntui - Mankim, financé par la Bad, à travers le Fonds africain de développement. Une mission du bailleur s'est effectuée dans ce cadre, au courant de l'année 2019,laquelle mission a conduit à la décharge de l'entreprise Elevolution sur le lot 2, Ntui - Mankim ", nous fait savoir Dr. Corinne Esse.

Pourquoi résiliation sur le lot 2, et pas sur le lot 3 ( Mankim - Yoko ) ?

Selon les explications puisées auprès de la patronne de la cellule de Communication du Mintp, il ne pouvait en être autrement. N'étant pas soumises aux mêmes règles, les procédures relatives au lot 3 ( Mankim - Yoko ), sont plus complexes. Il s'agit d'un linéaire financé par deux bailleurs de fonds : la Bad et la Jica ( coopération japonaise). Vu la complexité de la procédure du fait du co- financement, le lot 3 est donc resté aux mains de l'entreprise Elevolution. Cette dernière a d'ailleurs sollicité il y a un an, une sous-traitance, comme cela se fait généralement dans le secteur de la construction des routes.

Le lot 2 en arrêt en ce moment

Aux dires de la chef de la cellule de Communication du Mintp, la procédure de remplacement de l'entreprise Elevolution sur le lot 2 ( Ntui - Mankim ), est en cours. Le maître d'ouvrage est en attente de la non- objection du bailleur, en vue de l'attribution de ce dernier. " Après consultation, deux entreprises ont été proposées dans le but d'intensifier les travaux dès leur démarrage, et ce, sur les deux fronts. Le calendrier prévoit l'attribution courant 2020, et la reprise immédiate des travaux y afférents ", dixit Corinne Esse.

La route Batchenga - Ngaounderé ou la réduction significative de la barrière physique

Pour le coordonnateur de la cellule des Projets à financement conjoint Bad / Banque mondiale, le chantier de construction de la route Batchenga - Ntui -Yoko - Lena - Tibati, est incontestablement, le plus important projet routier du gouvernement camerounais, ces dernières années. Monsieur Zang précise que la Nationale No 15 est un linéaire de 380 km, pour total de 360 milliards francs CFA. Il a la particularité d'avoir six partenaires techniques et financiers, auxquels il faut ajouter l'État du Cameroun. Mathurin Zang fait observer que le projet a considérablement réduit la barrière physique, par l'érection d'un pont de 400 mètres sur le fleuve Sanaga, au niveau de Nachtigal. Et l'expert d'ajouter que le lot 2 ( Ntui - Mankim ) attribué à Elevolution, a connu plusieurs disfonctionnements, lesquels ont conduit le maître d'ouvrage ( Mintp ), à résilier son contrat, afin de relancer une procédure d'acquisition ouverte, après avis des partenaires financiers.
Pour ce qui est du coût du projet, le coordonnateur de la cellule des projets à financement conjoint Bad/ Banque mondiale, soutient qu'il est nécessaire de relativiser. Pour lui, "l'offre compétitive de l'entreprise, n'est pas le coût du lot. Toutefois, dans la procédure en cours, les acquis du premier marché seront valorisés notamment les buses construites, les terrassements exécutés. Il faut attendre de nouvelles offres pour apprécier".

L'expert fait enfin savoir que l'appel d'offres ressortissant au lot 2 de la Nationale No 15, a déjà été rendu public, et que d'ici trois ou quatre mois, une nouvelle entreprise remplacerait Elevolution, pour la construction du linéaire du lot 2 de la Nationale No 15.

05juin
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo