CAMEROUN :: COVID-19 : Yaoundé s’abreuve à la source Mgr Kleda :: CAMEROON
CAMEROUN :: COVID-19 : Yaoundé s’abreuve à la source Mgr Kleda :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SANTE
  • Mutations : Junior Ayissi
  • mercredi 13 mai 2020 12:29:00
  • 5456

CAMEROUN :: COVID-19 : Yaoundé s’abreuve à la source Mgr Kleda :: CAMEROON

La décoction curative composée par l’archevêque de Douala a été mise à la disposition des malades de la capitale politique.

Les caprices du climat ce 12 mai ne vont pas stopper les patients atteints du COVID-19 ou leurs proches de déferler vers la centrale diocésaine des oeuvres de Yaoundé. Une dizaine de personnes sont assis sous un hangar au sommet d’une petite colline. « Deux personnes par banc », scande un homme masqué qui fait office de protocole. La distanciation sociale est respectée, les visages sont serrés. L’inquiétude et la tension sont perceptibles, l’heure n’est pas aux réjouissances, au deuil non plus. La présence de tout ce monde à cet endroit religieux, précisément catholique n’est pas anodine. Ils s’y trouvent pour entrer en possession du remède contre le COVID-19 concocté par Mgr Kleda.

« Depuis hier [11 mai], nous recevons des coups de fil et les gens n’arrêtent pas de défiler ici pour s’en procurer, mais nous n’étions pas encore en possession du produit », informe la soeur Marie Solange Oko, responsable du service de coordination diocésaine de la santé de Yaoundé. Cette dernière ajoute par ailleurs que « le produit a été mis à notre disposition hier ».

Aux environs de 11h, accompagnée de son assistant, Marie Solange Oko se présente aux personnes qui l’attendent depuis quelques heures pour le précieux sésame. Les visages se desserrent. L’assistance se précipite vers elle. Le chargé de protocole recadre la foule. Celui-ci invite tout le monde à reprendre sa place. Il donne quelques directives, « ne vous inquiétez pas. Tout le monde sera reçu. Nous allons d’abord commencer par ceux qui ont appelé hier », précise-t-il.

Après précisions faites, la soeur reprend la parole pour indiquer comment entrer en possession du produit. « Vous devez avoir le résultat du test positif et un certificat médical », informe-t-elle à l’assistance. Dès lors, commencent les consultations avant obtention du produit. Immédiatement, il y a une sorte de débandade, les lieux se vident. Chacun quitte la place pour aller se munir des documents nécessaires. A ceux-ci, Marie Solange Oko rappelle qu’elle « est là jusqu’à 13h ». A certains, elle communique son numéro de téléphone personnel.

Quelques minutes plus tard, arrive une dame toute essoufflée. « Je courais pour vite être reçue », informe la proche d’une malade. Elle est munie de la documentation requise. Elle la remet à la soeur qui vérifie. Elle inscrit les données de la patiente dans un registre ouvert pour l’occasion. « Ce registre va nous permettre de faire le suivi et va nous aider pour les statistiques », indique la nonne. On peut donc lire le nom, le numéro du téléphone, la localisation géographique du malade. Un petit flacon, le premier flacon mis à la disposition des malades de la région du centre, est remis au proche du malade. Ledit flacon est accompagné d’une pipette (accessoire du médicament), d’un papier sur lequel est expliquée la posologie du produit.

« Petite bouteille N° 1. Posologie 15 gouttes X3/j […] propriétés : anti-inflammatoire virucide. NB : agiter avant utilisation », peut-on y lire. Sur un autre papier, se trouve un tableau qui permettra de situer l’évolution de la maladie à partir de la première prise. Elle donne encore quelques explications, notamment, sur la durée du traitement « Il dure sept jours. A la fin, vous refaites un autre test pour confirmer la guérison. Vous revenez vers nous pour le feedback. Ça nous aide pour notre comptabilité », conseille la nonne au proche donc la malade est internée dans un centre de santé de la cité capitale.

Ensuite, une deuxième proche de malade est reçue. Comme la première, elle va donner la paperasse, va remplir le registre avec les informations du certificat médical. A cette dernière, il lui sera remis un grand flacon accompagné d’une posologie différente du premier patient. A cette différence, il est expliqué qu’il « existe deux types de produits. Le premier est destiné aux malades manifestant la fatigue et quelques symptômes. Le deuxième flacon (la grande bouteille) est destiné aux malades déjà sous assistance respiratoire », explique Marie Solange Oko. Et d’ajouter que « les posologies sont évidemment différentes.

Pour le premier, vous mettez 15 gouttes dans un demi-verre d’eau tiède 10 mn avant les repas du matin, midi et soir. Pour le deuxième, vous mettez deux cuillères à café dans un demi-verre d’eau après les repas du matin et soir. Ce deuxième flacon a pour propriétés : anti-inflammatoire, virucide, antiasthénique ». Albert Mahop, assistant de la nonne ne va pas manquer de préciser que « ces produits sont curatifs et non préventifs. Ils sont gratuits mais l’accessoire qui les accompagne coûte 2 000Fcfa ».

13mai
Lire aussi dans la rubrique SANTE

canal de vie

Vidéo