CAMEROUN :: Entreprises publiques : La mal gouvernance qui plombe la performance :: CAMEROON
CAMEROUN :: Entreprises publiques : La mal gouvernance qui plombe la performance :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE CAMEROUN :: Entreprises publiques : La mal gouvernance qui plombe la performance :: CAMEROON
  • Le Messager : Achille KAMGA
  • vendredi 10 janvier 2020 12:55:00
  • 3009

CAMEROUN :: Entreprises publiques : La mal gouvernance qui plombe la performance :: CAMEROON

Un peu plus de trois ans après un séminaire organisé sur cette problématique, on observe les mêmes tares dans les entreprises publiques au Cameroun.

Il ne serait pas exagéré de dire que le management à la Cameroon airlines corporation (Camair-co) est le symbole de la gouvernance à la petite semaine qui est chevillée au corps des entreprises publiques et parapublique du Cameroun ces dernières années. Pour preuve que la compagnie aérienne étoile du Cameroun tient la couronne dans ce palmarès tristement célèbre, elle compte à sa tête six Directeurs généraux en huit années d’existence seulement. Loin de l’arbre qui cache la forêt, Camair-co ne fait aucun ombrage à ses homologues d’autres secteurs. Tant, les problèmes de management et de mal gouvernance y ont élu domicile. Les années passent et rien ne change. Trois ans après le fameux séminaire initié par le ministre des Finances de l’époque, Alamine Ousmane Mey, en direction des entreprises publiques, les mêmes tares continuent à être le lot quotidien de ces entreprises.

Combien d’entre ces entreprises peuvent se targuer d’un management de proximité répondant au souci des usagers ? Au contraire, entre ce dernier et la Direction de l’entreprise, s’interposent de nombreux intermédiaires. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Ajouté à cela, l’influence des élus de la Nation, de la bureaucratie politique et des membres influents du gouvernement. Ce qui a pour conséquence de diluer les rôles au sein de ces entreprises. Bien plus, il faut souligner le fait que de nombreux dirigeants d’entreprises publiques se retranchent derrière les impératifs de service public pour justifier des performances médiocres. Un autre pan de ces plaies qui gangrènent la gouvernance des entreprises publiques au Cameroun, est le pouvoir de contrôle faiblement exercé par les administrateurs en l’absence d’incitation suffisante et d’absence de responsabilité personnelle.

Corruption et détournement de fonds

Ils étaient pourtant plus d’une dizaine de Directeurs généraux accompagnés de leurs Présidents de conseil d’administration et tutelles techniques et financières, a participer à ce séminaire dont l’organisation avait été confié au cabinet Up2us consulting. Il s’agit des responsables de la Sonara, Scdp, Camwater, Pad, Camair-co, Adc, Sic, Maetur, Crédit foncier du Cameroun, Camtel, Campost, Cicam, Feicom Les habitudes ayant la peau dure, le « blablabla » des experts du cabinet français est entré par l’oreille gauche et s’est échappé par la droite. A l’épreuve des faits, aucun n’a véritablement pris de la graine de la démonstration de Up2us consulting.

D’ailleurs, beaucoup se sont retrouvés dans les risques liés à une gouvernance défaillante. A savoir, la sous-performance, les conflits internes et externes, la dégradation de la réputation, la difficulté à recruter et à conserver les meilleurs talents, les pratiques de corruption et détournement de fonds. Or, toutes ces entreprises gagneraient à appliquer les pratiques de bonne gouvernance qui pour Patrick Pasquier de Up2us consulting, présentent de gros avantages : Vision et missions claires et partagées ; la création de valeur ; le développement durable ; le respect des intérêts des parties prenantes, transparence et éthique ; accès aux financements internationaux.

Quelques principes de bonne gouvernance pour atteindre ces objectifs sont évoqués par le cabinet français. La garantie d’un cadre juridique et réglementaire efficace ; la clarification des rôles et missions de l’Etat (ce que doivent faire l’actionnaire, le stratège et le contrôleur est bien défini) ; le renforcement du rôle et des responsabilités du Conseil d’administration ; l’assurance que les actionnaires sont bien traités ; la diffusion de l’information de manière transparente. Un ensemble non exhaustif de pratiques de bonne gouvernance qui doit être observé par les Pca, Dg et autres responsables au sein des entreprises publiques.

10janv.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo