CAMEROUN :: Pourquoi le terminal fait courir :: CAMEROON
CAMEROUN :: Pourquoi le terminal fait courir :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE CAMEROUN :: Pourquoi le terminal fait courir :: CAMEROON
  • Le Jour : Claude Tadjon
  • mardi 31 décembre 2019 01:02:00
  • 3718

CAMEROUN :: Pourquoi le terminal fait courir :: CAMEROON

Comprendre la rentabilité du plus grand port d'Afrique centrale.

Au-delà des intérêts particuliers des uns et des autres, l'enjeu principal reste la fluidité de la gestion des marchandises à l'importation et à l'exportation dans le plus grand port d'Afrique centrale. Le risque de congestion est une menace réelle avec un impact indéniable sur la cherté des produits et de la destination Cameroun avec des conséquences pour l’économie de la sous-région. L'enjeu c'est aussi la facilité garantie aux opérateurs économiques, de la conduite de leurs opérations sur la place portuaire de Douala en terme de coûts et de délais. L'enjeu c'est enfin la transition d'un système d'interconnexion de données avec la douane camerounaise et aussi des interfaces au niveau du Guichet unique du commerce extérieur, au niveau de l’administration des impôts et au niveau du Port de Douala. Mais tout ne résume pas qu'à la question de la gestion des données documentaires destinées aux opérations du terminal à conteneurs du Port de Douala.

L'offre présentée par Terminal Investment Limited (Til) qui a proposé plus de rentabilité au terminal à conteneurs et la mobilisation des gains nécessaires pour la poursuite de la modernisation du port a permis de chiffrer le poids économique de cette plateforme convoitée. Selon des informations rendues publiques par le Pad, Til proposait en effet des droits d’entrée de 24,3 milliards de francs CFA payables une seule fois à la signature du contrat. Le portail des camerounais de Belgique (@camer.be). Til s'était aussi engagé à payer une redevance fixe annuelle de 9,2 milliards FCFA. Et offrait au titre de la redevance variable 8 % du chiffre d’affaires les cinq première années, 12% les 5 années suivantes et 32 % les cinq dernières années. En tout, un paiement total des redevances de concession à hauteur de 357 milliards FCFA sur les 15 ans de contrat -contre 62 milliards de FCFA pour la concession de DIT en cours d’achèvement- et un programme d’investissements de 153 milliards sur la même période.

D'autres chiffres publiés dans le bilan de 15 ans de concession de DIT justifient l'attrait et le côté lucratif du Terminal à conteneurs de Douala. Les trafics ont plus que doublé sur la période sans que la longueur des quais et la surface du terminal mis à la disposition du concessionnaire n’aient évolué (378.758 TEUS en 2018 contre 150.456 TEUS en 2005). Soit plus de 151 % de croissance de volume en 14 ans ; Près de 50 milliards de FCFA d’investissements réalisés, supérieurs aux engagements initiaux fixés dans la Convention de concession à 33 milliards de FCFA ; Le chiffre d’affaire est passé de 22,5 milliards de Fcfa en 2005 à près de 50 milliards en 2018;

L’équipement du terminal a été considérablement renforcé avec la mise en service d’un portique de quai, 4 portiques de parc et 2 grues qui sont venues renforcer les deux portiques de quai d’origine ; Les investissements dans les RTG ont permis de gagner +20% de capacité de stockage; Les effectifs sur le terminal sont passés de 210 employés en 2005 à 430 employés en 2019, indique une source interne à DIT.Un attrait que ne démentent pas un port fluvial à faible tirant d’eau, une capacité de stockage limitée et une longueur de quai insuffisante. Les plus grands armateurs au monde opèrent à Douala.

31déc.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo