CAMEROUN :: Déplacements présidentiels : Le patriotisme intéressé d’une certaine diaspora :: CAMEROON
CAMEROUN :: Déplacements présidentiels : Le patriotisme intéressé d’une certaine diaspora :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • La Nouvelle : Conrad Atangana
  • lundi 09 décembre 2019 10:16:00
  • 1997

CAMEROUN :: Déplacements présidentiels : Le patriotisme intéressé d’une certaine diaspora :: CAMEROON

C’est avec plusieurs billets distribués qu’on évalue l’engagement et le dynamisme de certains Camerounais à l’étranger

La Brigade antisardinard (Bas) est une minorité de Camerounais de la diaspora, qui ont décidé de boycotter activement les visites du chef de l’Etat en Europe et en Amérique. Ceci, par des manifestations virulentes devant les résidences présidentielles, des insultes contre le régime et autres diffusions de vidéos dégradantes du pays. Face à la multiplication des actions de la Bas, certains Camerounais, érigés en « bons patriotes », ont décidé de faire bloc face à la recrudescence des actions de cette entité.

Appartenant à des groupes tels que la Modepa, les Patriotes camerounais de la diaspora, Patriote indomptables, etc, se sont donnés pour mission de déjouer ces actions par tous les moyens. Seulement, pour certains observateurs avertis, l’on s’est rendu compte lors de la dernière visite du couple présidentiel à Paris que ce « patriotisme » n’était pas fortuit. La recherche du nerf de la guerre à savoir l’argent, le positionnement stratégique sur l’échiquier politique des leaders de ces groupes, et autres règlement de comptes seraient leur leitmotiv. Et le rapport de terrain de la participation du président Paul Biya au Forum de Paris sur la paix tenue du 12 au 13 novembre 2019, donc Justin Zambo Nnanga II est l’auteur nous le démontre à suffisance.

Le récit de l’auteur, qui soit dit en passant, au passé assez trouble, qui est un récit chronologique des faits tels qu’ils se sont déroulés sans en dénaturer le contenu, nous montre comment le « patriotisme » a un coût, et sans lui rien ne peut se passer. Tenez par exemple, dans la journée du 6 novembre, le narrateur explique qu’il a pris attache avec le commissaire Ongolo pour une quelconque mobilisation des patriotes contre les membres de la Bas lors de l’arrivée du chef de l’Etat au Forum de Paris sur la Paix. Ce dernier va lui expliquer que sieur Ongolo, « a demandé des moyens pour une mobilisation des patriotes et il est encore en attente de la réponse de son supérieur hiérarchique qu’est l’ambassadeur, il lui est impératif de mobiliser de vrais patriotes. » Et selon le récit, l’on observe qu’aucune mobilisation n’a été faite pour défaut de moyens débloqués par l’ambassade.

A se demander si l’ambassadeur n’aurait pas flairé ce patriotisme de façade, et a décidé de ne pas accéder à ce jeu trouble. « Il (Ongolo) n’a pas toujours reçu les moyens qu’il a demandés à l’ambassadeur via un devis si les patriotes doivent intervenir, ce sera en tout intérêt que pour la patrie. » Un passage qui se passe de tout commentaire. Le nouveau duo (qu’est Justin Zambo Nnanga II et le commissaire Ongolo), va par quelle alchimie, finalement trouver de l’argent pour une mobilisation efficace des « patriotes » ? « Vers 20h20 nous serons appelés vers l’hôtel par M. Ongolo qui nous remettra un montant de 5 000 euros à partager. Nous sommes 4 à aller recevoir cette somme : Aaron Banderas, Justin Zambo, Nico Mballa et Georges Mvogo…. M. Zambo : 5 personnes se sont rajoutées, ce qui porte le total à 39. Aaron Banderas : 13 personnes se sont rajoutés ce qui porte le total à 23. Nico Mballa : 6 personnes se sont rajoutées ce qui porte le total à 16. » Un argent qui finit pour la plupart dans des beuveries, dans des snacks et bars. « A l’achat de café chocolat et bières pour ceux de mon groupe qui d’ailleurs consommeront plus que l’enveloppe dont je disposais », témoigne l’auteur du récit.

Seulement, certains analystes remarquent que dans ce récit détaillé, même quand les fonds sont alloués, il y ressort le sempiternel problème de détournement de fonds. « Dans la foulée nous apprenons via Facebook qu’une enveloppe de 20 000 euros a été déchargée par David Mvondo Mvondo, président de la section Rdpc France Nord. Il aurait déclaré n’avoir reçu que 10 000 euros. » Info ou intox ?

Mercenaires et mauvaise organisation

En parcourant le document de Justin Zambo Nnanga II, les analystes avertis constatent avec amertume qu’il est difficile de recruter de bons Camerounais « patriotes ». D’où ce recrutement aujourd’hui des « mercenaires » tels que des Ivoiriens, Maliens, Togolais et autres. « Billy Akele qui me met en contact avec « Mohamed », je lui dirai que j’en veux 25 …. Mohamed me demandera 80 euros/personne ». Par la suite l’on lira que, « M Zambo a ramené des personnes 26 ivoiriens et 8 autres personnes… M Georges Mvogo qui viendra avec 16 personnes dont 11 Ivoiriens. »

Seulement, malgré ce recrutement tout azimut et la coulée effrénée du nerf de la guerre, l’on se rappelle que la mobilisation des « patriotes » face à la Bas a été un fiasco. Pour ces mêmes exégètes, ils expliquent que ce fiasco est issu de la mauvaise organisation de ces groupes. Quand on sait que leur raison première est l’appât du gain, au grand dam de rehausser l’image de marque du Cameroun et de nos institutions à l’extérieur. Le portail des camerounais de Belgique (Camer.be). Pourtant l’on se rappelle que la section du Rdpc France Nord à l’époque des Jean Baptiste Amvouna Atemengue a toujours dérouté le Code. C’est peut-être pour cela, de l’avis des observateurs avisés, que l’ambassadeur du Cameroun en France n’a pas voulu faire partie de cette danse. Vous avez dit « patriotisme »?

09déc.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo