CAMEROUN :: Me Menye Ondo s’agrippe sur la succession Djoko :: CAMEROON
CAMEROUN :: Me Menye Ondo s’agrippe sur la succession Djoko :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE CAMEROUN :: Me Menye Ondo s?agrippe sur la succession Djoko :: CAMEROON
  • Kalara : Louis Nga Abena
  • vendredi 27 septembre 2019 12:36:00
  • 2577

CAMEROUN :: Me Menye Ondo s’agrippe sur la succession Djoko :: CAMEROON

Conspué par une partie de la famille d’un défunt commerçant qui réclame son éviction dans la gestion d’une entreprise héritée de leur parent objet d’un litige. Le célèbre notaire s’accroche.

Me François-Xavier Menye Ondo, notaire à Yaoundé, n’est pas le bienvenu chez les Djoko. En tout cas une partie des ayantdroits de la succession du célèbre homme d’affaires conteste sa désignation comme liquidateur de la Société civile immobilière africaine (Scia), une entreprise familiale. Sa présence est source de tension dans la succession Djoko qui compte quinze cohéritiers. Si l’homme en robe noire a été porté à la fonction de liquidateur de la Scia par une ordonnance n°1847 rendu par le président du Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé centre administratif le 6 décembre 2018, la décision ne fait pas l’unanimité. Dans les faits contenus dans les documents consultés par Kalara, Mme Léontine Demgne, membre de la succession Djoko, veut voir l’ordonnance en question rétractée. Elle raconte que ses soeurs les nommées Anne Kouam et Carole Edith Djoko Kamtchuem ont introduit une requête datée du 5 décembre 2018 dans le cabinet du président du TPI centreadministrative, comportant son nom à son insu. Ces dernières prétendaient que Me Laurentine Ngo Bayanak, notaire à Yaoundé, était initialement désignée liquidateur de la Scia «suite à sa dissolution» lors d’une assemblée générale tenue le 21 décembre 2017.

Elles avaient été désignées «assistantes du notaire». Le 24 octobre 2018, «contre toute attente» «Me Laurentine Ngo Bayanak s’est désistée de son mandat de liquidateur de la Scia. Pour donc combler le vide causé par ce départ, elles proposent Me Gilbert Nkene Endong, notaire à Yaoundé. Si le tribunal a fait droit à la demande des soeurs Djoko, il a cependant d’autorité désigné Me Menye Ondo pour poursuivre la liquidation de la Scia le 6 décembre 2018.

Problème, Mme Demgne informée de la décision l’a attaqué en sollicitant son retrait (rétractation). Elle se plaint de ce que ses deux soeurs ont mentionné son nom sur la requête sans son consentement et à son insu. De plus, elle dit n’avoir donné mandat à personne en son nom Me Emalle Déborah Chimène, avocate constituée par ses soeurs dans la procédure. Elle qualifie la procédure judiciaire engagée par ses soeurs de frauduleuse. Le portail des camerounais de Belgique. L’autre argument développé par Mme Demgne contre l’ordonnance est que les résolutions de l’assemblée générale extraordinaire prononçant la dissolution de la Scia font l’objet d’un recours en annulation devant le juge commercial du Tribunal de grande instance (TGI) du Mfoundi ; procédure dans laquelle Me Menye Ondo s’est introduit en intervention volontaire. Pour la plaignante, la désignation d’un liquidateur est de ce fait inopportune, car le sort de la Scia n’a pas encore été scellé. Malgré ces récriminations, sa demande est jugée non fondée le 11 juillet 2019.

Elle a interjeté appel (défense à exécution) le 27 août dernier. Le certificat de dépôt d’appel est notifié à Me Menye Ondo deux jours plus tard l’invitant à «suspendre l’exécution de l’ordonnance » le désignant liquidateur à la Scia. Outre ces procédure, jugement donnant mainlevée de la prénotation judiciaire qui bloquaient les transactions avec les titres fonciers de la Scia sont également pendante en appel. L’examen de ce recours reprend le 3 octobre prochain à la demande de l’avocat de Me Menye Ondo qui sollicité qu’on lui communique les pièces de la procédure.

Spoliation

En dépit de ces procédures judiciaires, Me Menye Ondo poursuit sa mission de liquidateur à la Scia. Le 6 mars 2019, il faisait paraître dans Cameroon Tribune un encart informant le public de la mise en vente d’une partie du patrimoine de l’entreprise notamment quatre terrains bâti dont l’un comporte l’hôtel Azur. Douze jours plus tard Mme Demgne et trois de ses frères publiaient un contrecommuniqué dans le même organe signalant que «la liquidation et le mandat dont se prévaut Me Menye Ondo ont été usurpés et les juridictions compétentes sont saisies de leur contestation (…) l’encart publicitaire publiée est erronée». Et mettaient le public en «garde contre toute tentative de spoliation de fonds».

Le 19 septembre dernier, le liquidateur de la Scia a de nouveau convoqué les frères Djoko dans son étude. Le même jour, Me Aba’a Mengue Fréderic, son conseil a fait servir à Me Benjamin Ondigui, l’avocat de Mme Demgne, une sommation en réponse par voie d’huissier de justice. Dans ce document, Me Aba’a Mengue explique à son confrère, entre autres, que «le dépôt des défenses à exécution contre l’ordonnance rendue le 11 juillet 2011 est «sans incidence» sur l’exécution de celle rendue le 6 décembre 2018. Il invite par conséquent Mme Demgne de «cesser toute action ayant pour effet de troubler l’exercice de la mission qui a été confiée» à son client Me Menye Ondo dans l’ordonnance rendu le 6 décembre 2018. Un forcing qui n’est pas du goût de la plaignante qui estime que «les actes posés par Me Menye Ondo mettent en péril les intérêts des actionnaires de la Scia et des tiers éventuels acquéreurs du patrimoine de l’entreprise ».

27sept.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo