Un avion de l’armée de l’air Equato-guinéenne crashe dans les eaux territoriales camerounaises :: CAMEROON
Un avion de l’armée de l’air Equato-guinéenne crashe dans les eaux territoriales camerounaises :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Source : bougnat.net
  • mardi 30 juillet 2019 08:00:00
  • 7662

Un avion de l’armée de l’air Equato-guinéenne crashe dans les eaux territoriales camerounaises :: CAMEROON

Selon des informations largement relayées sur les réseaux sociaux, un avion de l’armée de l’air équato-guinéenne a crashé ce lundi dans les eaux territoriales camerounaises. L’information donnée par un officier n’a pas été confirmée par les autorités camerounaises.

L’appareil, en provenance de Malabo et à destination de Bata, avait à son bord un équipage de sept personnes. Le crash aurait eu lieu dans un lieu proche de Campo « aux environs de la position 02 DEG 42 min Nord et 009 DEG 30 min Est », peut-on lire dans le message porté.

Une fois de plus, aucune information officielle ne permet de faire le bilan de ce crash. Ni d’avoir une idée sur les causes.

Cet accident survient deux mois seulement après le crash de l’hélicoptère Harbin de reconnaissance et d’attaque survenu le lundi 13 mai dernier à Oku, dans le Département du Bui, Région du Nord-Ouest.

Un communiqué signé du ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo à la suite de cet accident avait fait état d’un mort et six blessés. Il s’agit de l’officier de police Ngwe Wiyou Victor, Commissaire de la sécurité publique par intérim de l’arrondissement de Noni, avait nommément cité le Mindef.

Cet incident est un vrai galop d’essai pour les deux pays, qui viennent à peine de signer un accord aérien sur les opérations de sauvetage des aéronefs en détresse. Un document signé le 08 juillet 2019 dernier.

« Bien que leur ratification soit encore soumise à l’approbation de l’Assemblée nationale, le Cameroun et la Guinée Equatoriale peuvent déjà mettre en œuvre le dispositif de recherche et de sauvetage. Pour trouver l’appareil et les occupants, et faire les premières enquêtes », a soufflé une source généralement proche de l’Autorité de l’aéronautique (CCAA) jointe par bougna.net.

L’accord, faut-il le rappeler, permettent de définir les modalités de coopération entre les centres de coordination de sauvetage et/ou les centres secondaires de sauvetage des différents pays. Ils permettent également de fixer les conditions de mise à disposition, de déploiement, d’utilisation réciproque et de coordination, en temps de paix, de moyens de recherches et de sauvetage d’aéronefs se trouvant en situation de détresse sur les territoires des différents Etats.

30juil.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo