Les Vies des Camerounais Comptent Aussi! :: CAMEROON
Les Vies des Camerounais Comptent Aussi! :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE Les Vies des Camerounais Comptent Aussi! :: CAMEROON
  • Correspondance : CL2P
  • jeudi 13 juin 2019 15:20:00
  • 4866

Les Vies des Camerounais Comptent Aussi! :: CAMEROON

Prophétie et testament d’un homme d’État visionnaire: “ Si je meurs, enjambez mon corps et continuez le combat . Ce n’est pas de la personne de Kamto qu’ il s’agit , mais du Cameroun. Que vaut bien ma petite personne face au destin des millions de jeunes camerounais, qui sont l’avenir de ce pays ? Ce combat est le vôtre ! Car à mon âge , ma vie est largement derrière moi . “

Dixit le président élu Maurice Kamto , à Douala le 26 janvier 2019 . Séquestré depuis le 28 janvier 2019 avec une centaine de ses camarades par le dictateur Paul Biya

Vidéo, Le Professeur Maurice KAMTO sur JMTV Plus: La Justice

En effet, la répression, quelle qu’elle soit, ne viendra jamais à bout des convictions profondes et de la détermination des Camerounais – même en petits nombres – en faveur de la libération de ce pays d’un obscurantisme moyenâgeux.

Toutes les milices et les prisons du dictateur Paul Biya (87 ans, 37 années de règne) ne suffiront pas. La seule chose qu’il faut dire et redire c’est que d’emblématiques opposants politiques, tels que Nelson Mandela, Mahamat Gandhi, Fidel Castro et Thomas Sankara ont tous été emprisonnés avant de prendre le pouvoir. En ce sens et de manière ironique, le régime de Biya s’attelle chaque jour à faciliter le travail de mémoire du CL2P.

Certes, des milliers de Camerounais ordinaires se sont rassemblés dans toutes les villes du pays, et même à l’étranger pour protester contre les hold-up électoraux du gouvernement, la corruption endémique, la mauvaise gestion économique chronique et les injustices récurrentes sous le régime de Biya. La police anti-émeute a comme toujours occupé le moindre parcelle de rue pour les en empêcher, mais des milliers de personnes sont quand sorties défier le régime de Biya malgré les menaces de meurtres proférées en termes voilés par le gouvernement, dont le ministre de l’administration territoriale (équivalent du ministre de l’intérieur) Paul Atanga Nji.

Cette culture de l’impunité ne durera pas éternellement. L’article 1 de la Déclaration universelle de 1948 stipule que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits »,

La puissance publique incarnée par quelque pouvoir politique au Cameroun doit donc comprendre que la liberté, la qualité de l’éducation, les soins de santé, les infrastructures, un niveau de vie décent, les droits sociaux et économiques ne sont pas simplement des questions politiques mais des droits de l’Homme ; et toutes les détenteurs du pouvoir doivent cesser de faire de la politique avec la vie des gens, notamment en les reléguant en marge de la société.

De plus, le dictateur doit cesser de tribaliser les problèmes politiques et socio-économiques du pays. C’est le gouvernement camerounais des 37 dernières années qui est le mal dont souffre le plus les Camerounais ordinaires, et non des questions ou querelles tribales.

De plus, si nous voulons réellement être en démocratie, le transfert de pouvoir aux appareils militaires et de sécurité nationale ne résoudra aucun problème. Bien au contraire.

Le gouvernement camerounais doit démontrer qu’il est une émanation du peuple camerounais. Il y a quand même une grande contradiction dans le fait qu’un régime qui continue de nous dire qu’il a remporté les dernières élections avec plus de 70% des suffrages réprime son propre peuple de manière aussi brutale. Ce genre d’hystérie est très étrange et contre-productive pour celui qui l’exerce. Car d’une manière ou d’une autre un gouvernement plein de contradictions comme celui-ci ne pourra certainement pas survivre longtemps sans procéder à des réformes drastiques.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

13juin
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo