Un ressortissant ghanéen dans un trafic d’espèces protégées au Cameroun :: CAMEROON
Un ressortissant ghanéen dans un trafic d’espèces protégées au Cameroun :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Franck BAFELI
  • mardi 04 juin 2019 09:15:00
  • 988

Un ressortissant ghanéen dans un trafic d’espèces protégées au Cameroun :: CAMEROON

Un trafiquant de perroquets notoire de nationalité ghanéenne a été arrêté à Kienke, dans le Département de l’Océan, par la douane avec une cargaison illégale de perroquets gris à queue rouge. L'homme arrêté lors d'une opération menée par la brigade mobile des douanes en collaboration avec la gendarmerie est un récidiviste et a été arrêté à plusieurs reprises pour détention illégale de perroquets gris à queue rouge. L’équipe d’arrestation a trouvé trois hommes avec 18 perroquets, mais deux des suspects se sont échappés après avoir vu les agents de la force publique.

Selon le Lieutenant des douanes, Mbarga Beyala, chef de la brigade mobile des douanes à Kribi, l’arrestation a été planifiée et exécutée grâce à des informations essentielles sur la capture et la possession de perroquets gris dans la subdivision de Lukoundje, par un groupe de braconniers et de trafiquants. Il a ensuite procédé à la constitution d'une équipe composée de gendarmes et de douaniers qui ont enquêté et mené à bien l'opération.

C'est la troisième fois que cet homme de 44 ans est arrêté pour trafic de perroquets. En 2015, le suspect a été arrêté pour la première fois à Kribi avec un lot de perroquets gris à queue rouge, inculpé mais libéré. Il a de nouveau été arrêté avec un complice à Yaoundé en mars 2017 avec plus de 200 perroquets, inculpé et traduit devant le tribunal de première instance de Mfou, mais a été libéré alors que l'affaire était toujours en cours. Les perroquets avaient été mis en cage et étaient sur le point d'être emmenés à l'aéroport de Nsimalen lorsque des agents de la faune sont arrivés à la cachette et ont arrêté les deux suspects. Peu de temps avant son arrestation, il s'était entretenu avec des trafiquants du Ghana et du Cameroun pour exporter plus de 100 perroquets par l'aéroport de Nsimalen via Abidjan dans un vol à destination d'Accra. Une enquête de suivi reliant les trois pays a été menée. Une cargaison illégale a été saisie et une personne arrêtée à l'aéroport international de Kotoka au Ghana.

Il est actuellement en prison, bien que des sources proches du dossier rapportent que plusieurs de ses proches ont essayé de le faire libérer. Une organisation internationale appelée LAGA assiste à la fois le service des douanes et les responsables de la faune dans le processus de poursuite. L'assistance fournie par LAGA s'inscrit dans le cadre d'un protocole d'accord signé récemment par le service des douanes et l'organisation. Et conformément à la procédure de rigueur dans la poursuite de telles infractions, le dossier a été transféré à la Délégation Départementale de la forêt et la faune pour l’Océan.

Le trafiquant est soupçonné d’être lié à un groupe de trafics de perroquets du Cameroun vers l’Europe, l’Asie et plusieurs autres pays depuis plusieurs années, décimant un grand nombre de perroquets gris à queue rouge d’une grande valeur pour le pays. Le Cameroun est un pays d’aire de répartition important pour cette espèce considérée comme l’un des oiseaux les plus intelligents du monde.

Lors de la dernière Conférence des parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) tenue en Afrique du Sud en 2016, le perroquet gris à queue rouge s'est vu accorder le plus haut niveau de protection par la convention, ce qui signifie qu'il est totalement interdit de commercialiser l'espèce . Dans cette optique, le gouvernement du Cameroun a reclassé les perroquets en espèces totalement protégées et il est donc interdit de capturer ou d'obtenir des perroquets gris à queue rouge. Selon la CITES, le perroquet a connu un déclin marqué de sa population tout au long de son parcours et une estimation effectuée il y a une quinzaine d'années montre que plus de 359 000 individus ont été capturés dans la nature entre 1994 et 2003.

04juin
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo