CÔTE D'IVOIRE :: L'opposition menace de se retirer du vote du nouveau chef :: COTE D'IVOIRE
CÔTE D'IVOIRE :: L'opposition menace de se retirer du vote du nouveau chef :: COTE D'IVOIRE
 
CÔTE D'IVOIRE :: POLITIQUE CÔTE D'IVOIRE :: L'opposition menace de se retirer du vote du nouveau chef :: COTE D'IVOIRE
  • Avec : VOA
  • jeudi 07 mars 2019 10:50:00
  • 4384

CÔTE D'IVOIRE :: L'opposition menace de se retirer du vote du nouveau chef :: COTE D'IVOIRE

Le PDCI, principale formation d'opposition en Côte d'Ivoire, a dénoncé mercredi "une modification unilatérale du mode de scrutin", et menacé de ne pas participer à l'élection jeudi du nouveau président de l'Assemblée nationale, en remplacement de Guillaume Soro qui avait démissionné le 8 février.

"Le bureau de l'Assemblé nationale (AN) a décidé de l'élection du nouveau président (...) au moyen d'un bulletin unique pour garantir le caractère secret du vote", souligne une déclaration des groupes parlementaires du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, 90 députés), Vox populi (9) et Rassemblement (30, proche de Soro).

"Contre toute attente et à la surprise générale le président par intérim de l'AN et doyen d'âge Mamadou Diawara (proche du pouvoir) a décidé unilatéralement de l'utilisation de bulletins multiples, au motif qu'il serait normal pour un député de ramener à son groupe parlementaire le bulletin qu'il n'a pas utilisé, pour faire preuve de son vote", selon ces groupes.

"Si cette modification unilatérale était maintenue, l'ensemble des députés issus de ces groupes se sentiraient obligés de ne pas participer au scrutin", selon le texte, lu devant la presse.

Les gens comptent les urnes et le matériel électoral reçus dans un centre de distribution de la commune de Port-Bouet à Abidjan, le 24 octobre 2015.

L'élection du nouveau président du Parlement devrait opposer deux candidats: Amamadou Soumahoro, haut cadre du parti présidentiel et ex-ministre des Affaires présidentielles, et Jérémie Alfred N'Gouan (PDCI), selon la presse.

Le Parlement compte 255 députés élus, dont plus de 110 sont issus du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel).

M. Soro a été poussé à la démission par le président Alassane Ouattara, après avoir refusé de participer à la transformation en un grand parti unifié fin janvier de la coalition au pouvoir, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Les partisans de la coalition d'opposition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), brandissent une affiche de l'ancien président Gbagbo lors d'un rassemblement à Yopougon, Abidjan, le 28 juillet 2018.

Agé de 46 ans, Guillaume Soro présidait l'Assemblée nationale depuis 2013. Il avait été auparavant le premier chef du gouvernement du président Ouattara, après son arrivée au pouvoir en 2011.

M. Soro avait été élu président de l'Assemblée alors qu'il était vice-président du RDR, le parti au pouvoir, qui s'est ensuite transformé pour donner naissance au RHDP.

07mars
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo