Camer.be
CAMEROUN :: Ministère de la Communication : René Sadi pour corriger la copie d’Issa Tchiroma :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • lavoixdukoat : Daniel NDING
  • lundi 14 janvier 2019 01:30:00
  • 2234

CAMEROUN :: Ministère de la Communication : René Sadi pour corriger la copie d’Issa Tchiroma :: CAMEROON

« Communiquer ne signifie pas verser dans la propagande ». Morceaux choisis du discours du nouveau patron de la Communication, à ses collaborateurs, au cours d’une réunion de contact qu’il a eu avec eux, juste après son installation lundi dernier 7 janvier 2019.

Une nouvelle page s’ouvre au Mincom ! Une nouvelle ère pendant laquelle rien ne se fera plus comme avant. D’aucuns parlent déjà de rupture dans la façon de faire du nouveau ministre de la Communication, mais pour d’autres, il s’agit tout simplement d’un recadrage logique dans la Communication gouvernementale. Contrairement à son prédécesseur Issa Tchiroma Bakary migré au ministère de l’Emploi, René Emmanuel Sadi veut apporter une touche plus objective et moins péremptoire.

C’est pourquoi il entend « travailler à la défense de l’administration et de la politique définie par le président de la République et (Ndlr) donner plus de visibilité à cette politique, de mieux la faire connaître à la population », a-t-il déclaré lundi dernier après son installation. Avant d’ajouter : « Notre mission n’est pas de verser dans la propagande, mais de convaincre nos compatriotes du bien-fondé de la politique définie par le chef de l’Etat». Pour l’ancien patron du Commandement, il s’agira donc de communiquer sur ce qui est fait, non sans verser dans la réclame improductive, telle qu’on le reprochait à son prédécesseur Issa Tchiroma.

L’affaire CNC

Parmi ses missions, le ministre de la Communication est entre autre chargé, du suivi des activités du Conseil national de la Communication (CNC). A ce titre, Peter Essoka et ses pairs peuvent déjà s’en réjouir d’avoir comme partenaire Sadi, qui on se souvient avait été à l’époque, en tant que ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd), un allié de poids de l’institution chargée de la régulation des médias, au moment même où celle-ci voyait ses décisions bafouées par les médias.

Réné Sadi s’était alors porté garant de faire appliquer les décisions que le CNC prenait à l’encontre des médias qui bafouent l’éthique et la déontologie. «Il est de notre devoir de faire en sorte que les décisions du CNC soient appliquées à chaque fois qu’il y a des débordements, des écarts, ou qu’il y a des agissements qui ne sont pas en conformité avec l’orthodoxie dans ce domaine. Ce sont des mesures que nous avons déjà prises auprès des autorités administratives qui doivent prêter main forte à l’application des sanctions prises par le CNC», affirmait-il alors. Vous avez dit nouveau style

14janv.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo