CAMEROUN :: VIE RELIGIEUSE : Un pasteur fustige les mauvaises pratiques dans les Églises :: CAMEROON
CAMEROUN :: VIE RELIGIEUSE : Un pasteur fustige les mauvaises pratiques dans les Églises :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: RéLIGION
  • Repères : Aloys ONANA
  • lundi 14 janvier 2019 00:00:00
  • 29296

CAMEROUN :: VIE RELIGIEUSE : Un pasteur fustige les mauvaises pratiques dans les Églises :: CAMEROON

Faux pasteurs, recherche effrénée de l’argent, marchandage de tout. Cet homme de Dieu pousse un cri d’alarme.

Pure autoflagellation. C’est à cet exercice que ce livre Dr Joseph Jeremiah Tegue. C’est que, en ordonnant 70 membres de sa chapelle religieuse au rang d’apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs, cet homme de Dieu a choisi de passer en revue les multiples pratiques peu acceptables qui de plus en plus singularisent les chapelles religieuses, toutes catégories confondues, qu’elles soient anciennes ou nouvelles. « L’église corps du Christ est à la croisée des chemins au Cameroun, comme partout ailleurs en Afrique et dans le monde. L’Eglise est engagée dans un drame effrayant ou c’est la pensée du monde qui oriente et structure le culte à la gloire de Jésus Christ. L’église corps du Christ est devenue un lieu de marchandage honteux et une manipulation, orientée par l’orgueil, la suffisance et la désobéissance à Dieu. »

Le fait ne passe plus inaperçu en réalité. Dans les chapelles anciennes dans le catholicisme, la quête est devenue un moment crucial que tous les prêtres, surtout dans les grandes métropoles, attendent avec impatience. Deux quêtes sont désormais obligatoires. Une première destinée au fonctionnement de la paroisse, une autre destinée aux constructions et autres problèmes que les paroissiens viendraient poser au prêtre. Une pratique qui étend ses ramifications même dans les églises dites de réveil, où les pasteurs ne manquent pas d’idées pour « arracher » de l’argent à leurs ouailles. L'info claire et nette. Du coup, « l’Eglise n’illumine pas les ombres de la société et ne lui donne pas le goût de la justice et de la piété. Les hommes de Dieu veulent que soit absolument leur volonté qui s’accomplisse et non celle du saint esprit. Dans les églises aujourd’hui, l’ambition s’oppose à la destinée prophétique », s’emporte le pasteur Dr Joseph Jeremiah Tegue.

Qui lors de l’ordination de nouveaux hommes de Dieu le 29 décembre 2018, a fustigé que les hommes de Dieu soient devenus les ennemis de la croix. Pour lui, ils sont plutôt à la recherche du pouvoir et de la gloire personnelle. « Les mariages sont fabriqués par les pasteurs, les hommes de Dieu ne sont pas au service des brebis mais ils utilisent les brebis pour s’engraisser. Sinon comment comprendre qu’une église qui a 2000 fidèles et beaucoup de dîmes et offrandes ne s’occupe pas des personnes indigentes en son sein ? L’évangile de la prospérité dit que tout le monde doit être riche », dénonce la figure de proue de l’église Boanerges – qui signifie les fils du tonnerre- et pour lui, les hommes en soutane entretiennent très souvent des rapports incestueux avec les hommes politiques.

« Les hommes de Dieu n’édifient pas les hommes politiques dans la justice, mais ils parlent constamment de paix. Or la bible déclare que la paix est la fille de la justice. Les hommes de Dieu sont devenus des mendiants comme si Jésus ne pouvait pas prendre soin de ses ouvriers. » Offrandes, eau bénite, messe à domicile, prières spéciales, l’entretien d’un homme en soutane est de plus en plus une affaire d’argent. Le pasteur Dr Joseph Jeremiah Tegue voit tout cela d’un très mauvais oeil.

« Dans les églises aujourd’hui on vend même les cailloux. L’écrasante majorité des prophètes sont faux, ils utilisent allègrement le pouvoir de Mammon, le dieu de l’argent pour faire des miracles et des guérisons. Le saint esprit est devenu un alibi. » Les consacrés de l’église Boanerges sont appelés à se démarquer.

14janv.
Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

canal de vie

Vidéo