Camer.be
Bancarisation : 48% des Camerounais n’épargnent pas :: CAMEROON
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Source : Auteur
  • vendredi 05 octobre 2018 00:00:00
  • 4137

Bancarisation : 48% des Camerounais n’épargnent pas :: CAMEROON

C’est l’une des statistiques saillantes de l’enquête de base FinScope commandée par le gouvernement et publiée en juin dernier.

Dans la perspective d’un renforcement des politiques et interventions pouvant générer une croissance inclusive et un développement durable, le Gouvernement du Cameroun, à travers la Cellule d’Exécution du Programme d’Appui à la Mise en oeuvre de la Stratégie (CEP/SNFI), a initié l’enquête de base FinScope en vue de l’actualisation et la mise en oeuvre de sa Stratégie Nationale d’Inclusion Financière.

Cette étude révèle, entre autres, que 48% des Camerounais n’épargnent pas. 12% d’entre eux conservent toutes leurs économies à la maison, c’est-àdire qu’ils n’ont pas et/ou n’utilisent pas de mécanismes d’épargne formels ou informels. 21% comptent sur des mécanismes informels tels que l’épargne de groupes (tontines).

78% n’empruntent pas

Environ 14% ont/utilisent des produits d’épargne formels non bancaires et seulement 5% ont et/ou utilisent des produits d’épargne d’un banque commerciale. Le rapport des camerounais avec le crédit est tout aussi distant. 78% ont affirmé ne pas emprunter au moment de l’enquête, ni auprès des amis/ de la famille, ni auprès des fournisseurs de produits financiers formels/ informels. 11% comptent sur des mécanismes informels tels que des prêteurs d’argent (ils n’ont aucun crédit/prêt formel, mais ils pourraient aussi emprunter à des amis et à la famille).

8% comptent sur le crédit provenant de la famille et des amis alors que 1% ont/utilisent des produits de crédit/prêt des autres institutions formelles (non-bancaires), mais ne reçoivent pas des produits de crédit/ prêt des banques (il se pourrait qu’ils utilisent également des produits informels de crédit/prêt et/ou empruntent à des amis et à la famille). Seuls 2% des adultes ont/utilisent des produits de crédit/prêt des banques commerciales, les consommateurs utilisant généralement une combinaison de produits et de services financiers pour répondre à leurs besoins financiers.

En outre, et toujours selon l’étude, 1% des adultes comptent exclusivement sur les services bancaires et 23% comptent exclusivement sur d’autres mécanismes formels. 26% utilisent une combinaison de mécanismes bancaires et/ou d’autres mécanismes formels et/ou informels pour gérer leurs besoins financiers, indiquant ainsi que leurs besoins ne sont pas entièrement satisfaits par le seul secteur formel.

15% de la population adulte comptent uniquement sur des mécanismes informels tels que l’épargne informelle et les groupes de crédit pour épargner ou emprunter de l’argent ou couvrir les risques L’enquête de base FinScope est sensée fournir des repères crédibles sur le niveau d’inclusion financière et guider des stratégies d’inclusion financière ciblées et focalisées utilisant des données empiriques probantes.

Le cadre d’échantillonnage et la pondération des données de l’enquête ont été réalisés par l’Institut National de la Statistique (INS). 6 826 entretiens ont été menés par l’INS entre octobre et décembre 2017. Les objectifs de l’enquête FinScope Cameroun 2017 étaient d’appréhender les populations adultes en termes de: Leurs moyens de subsistance et comment elles génèrent leurs revenus ; leurs besoins et demandes financiers ; leurs perceptions, leurs attitudes, et leurs comportements financiers ; leur répartition démographique et géographique ; les niveaux actuels d’accès et d’utilisation des services et produits financiers.

05oct.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE
Vidéo