Camer.be
CAMEROUN :: Comment Lydienne Eyoum a été libérée :: CAMEROON
CAMEROUN :: FRANCEAFRIQUE
  • Le Jour : Eitel Elessa Mbassi
  • vendredi 08 juillet 2016 04:30:35
  • 9754

CAMEROUN :: Comment Lydienne Eyoum a été libérée :: CAMEROON

L’avocate a été installée à la Résidence de France à Yaoundé.

Les choses sont allées très vite pour Lydienne Eyoum. Il y a un peu plus d’un mois, lorsque le pouvoir de Yaoundé planifiait déjà la libération de l’avocate, il a été envisagé, en plus de la française, d’accorder des remises de peine à d’autres personnalités détenues dans le cadre de l’opération Epervier, apprendon d’une source proche du dossier.

Un scénario auquel on avait assisté pour le cas de Michel Thierry Atangana. Une option qui n’a pas prospéré cette-fois ci. Quelques jours après le déplacement à Yaoundé du secrétaire d’Etat français au Développement, André Valinn, officiellement, pour la signature d’un contrat de désendettement, Madame Loyse a eu droit à un décret taillé à « sa » mesure et qui la concerne uniquement.

La décision de Paul Biya a été rendue lundi, 4 juillet à 20h. Lydienne Eyoum ne pouvait pas souhaiter meilleur cadeau d’anniversaire que celui-là. Elle qui a fêté ses 57 ans le 28 juin dernier, soit quatre jours avant l’heureuse nouvelle. Deux heures après la lecture du décret du chef de l’Etat, vers 22h, au moment où on supputait encore sur le temps (en termes de jours et non d’heure) que les formalités de levée d’écrou mettraient, le régisseur de la prison centrale de Yaoundé, Bernard Bomotoliga, allait faire savoir à Lydienne Eyoum qu’elle est libre.

Des personnels de l’ambassade de France étaient déjà à la prison pour récupérer leur compatriote. Même ses avocats qui se trouvent à Douala n’ont pu rien maitriser de cette sortie de prison. Le temps de quelques aurevoirs et de ranger certaines affaires, Lydienne Eyoum a embarqué dans l’un des véhicules du cortège déployé pour la ramener.

D’aucuns l’attendaient au domicile de son oncle, Edouard Koulla, au quartier Hippodrome. Mais comme nous l’annoncions déjà dans notre précédente édition, Lydienne Eyoum a été conduite à la Résidence de France où elle a pris ses quartiers, en attendant son départ probable pour la France. Informé de cette issue, le président français, François Hollande, a tout de suite envoyé un Sms de félicitations à Me Christian Charrière-Bournazel et à Me Caroline Wasserman, les deux avocats français de Lydienne Eyoum qui ont longuement travaillé ces dernières semaines aux côtés d’Helene le Grall, la conseillère Afrique de l’Elysée pour cet aboutissement.

A Yaoundé, aucun officiel de l’ambassade de France ne veut parler de la présence de Lydienne Eyoum dans leurs locaux. L’avocate est presque gardée au secret. Difficile même pour certains de ses proches d’avoir accès à elle. La française ayant été placée sous haute sécurité à l’ambassade en attendant de rejoindre l’hexagone.

Sur son site Internet, la représentation diplomatique s’est contentée de dire : « La France se réjouit de la libération de Lydienne Eyoum Loyse, à la suite du décret de remise de peine signé en sa faveur par le président Paul Biya. Tout au long de sa détention, les autorités françaises ont assuré à Lydienne Eyoum Loyse et sa famille un soutien constant ».

08juil.
Lire aussi dans la rubrique FRANCEAFRIQUE
Vidéo