Cameroun, Crise anglophone: Que se passe-t-il? :: CAMEROON

Cameroun, Crise anglophone: Que se passe-t-il? :: CAMEROON

Cameroun, Crise anglophone: Que se passe-t-il? :: CAMEROON
Cameroun, Crise anglophone: Que se passe-t-il? :: CAMEROON
Albert Camus écrit que « mal nommer les choses, c'est ajouter à la misère du monde ». Ainsi, que se passe-t-il au Cameroun avec la crise des anglophones où le nombre de morts des forces militaires et de la population indigène continue de croître quotidiennement? Est-ce une rébellion, une insurrection, une guerre civile, une contre-insurrection, une opération de police, une contre-violence indigène, une guerre de libération?

Le CL2P, dans son expertise éclairée sur les droits de l'homme, a documenté que les Camerounais anglophones ne ressentent pas l'égalitarisme éclairé que le régime de Yaoundé diffuse quotidiennement. Par conséquent, cette attitude rend toutes les politiques gouvernementales d'inclusion et de diversité au Cameroun problématiques. De plus, il y a une politique croissante de coercition directe avec des meurtres extrajudiciaires, l'emprisonnement, l'occupation militaire et le couvre-feu qui, pris ensemble, transforment les Camerounais anglophones en sujets brutalisés du gouvernement. Cette brutalisation des Camerounais anglophones pointe vers un état d'urgence qui ne dit pas son nom. Quelque chose qui semble de plus en plus être une entreprise criminelle parrainée par l'État. La vraie question, par conséquent, est-ce que la solution militaire est la meilleure façon de gérer la crise anglophone?

L'approche militaire est en contradiction avec toute forme d'auto-gouvernance démocratique et crée, au contraire, un climat d'insécurité et de violence. La militarisation de la crise anglophone n'est en aucun cas une approche pour développer une politique transformationnelle et un consensus démocratique.

De plus, le régime de Yaoundé continue de fonctionner dans un modèle archaïque de droits souverains et ne parvient pas à noter que toutes les violations des droits de l'homme pendant cette crise anglophone sont plus que susceptibles d'être portées devant le Tribunal international de La Haye.

C’est dans cette optique que le CL2P appelle à un refus total de L'ESCALADE GUERRIÈRE ET MEURTRIÈRE DANS LAQUELLE NOUS ENLISENT M. BIYA ET SES FAUCONS!

Une escalade guerrière qui profite d'abord et uniquement à Paul Biya, dans son addiction au pouvoir et sa détermination à le confisquer par tous les moyens jusqu'à la mort.

Nullement à ce Cameroun uni auquel nous tenons tous, et dont ce despote a hérité il y a 35 années de Ahmadou Ahidjo.

Et il est temps que nous reconnaissions une triste vérité: le Cameroun est actuellement en train de livrer sa seconde guerre civile. La crise anglophone est une seconde guerre civile. Et revoilà donc ce pays embarqué dans une seconde guerre intérieure - après celle menée contre les terroristes de Boko Haram - et qu'il pouvait éviter si seulement un véritable processus de dialogue inclusif avait été initié puis poursuivi, et surtout n'eût été le nihilisme et les calculs machiavéliques d'un tyran et ses faucons qui trouvent là une opportunité inespérée de pérenniser indéfiniment leur bail au pouvoir, en alléguant d'une "indivisibilité" aux ressorts identitaires, aux antipodes du principe d'intangibilité des frontières irritées de la colonisation dans lequel se reconnaissent tous les Africains.

Par conséquent, vous ne pouvez pas faire un nouveau Cameroun à partir de vieux Camerounais, pour la même raison que vous ne pouvez pas construire une nouvelle voiture à partir de vieilles pièces. De même, "personne ne met du vin nouveau dans de vieilles bouteilles; sinon le vin nouveau fera éclater les bouteilles et se répandra, et les bouteilles périront. Mais le vin nouveau doit être mis dans de nouvelles bouteilles; et les deux sont conservés. Nul homme qui a bu du vin ancien ne désire aussi un nouveau; car il dit: L'ancien est meilleur.

Nous vivons un moment dangereux dans notre histoire, à propos duquel nous devrions être honnêtes. Si nous suivons le nihilisme que nous offre le régime Biya, nous verrons plus de tristesse, plus de violence, des politiques de sécurité nationale plus répressives, moins de prospérité, moins de liberté, et moins de tout ce qui semble moins que le peu de choses que nous avons déjà. Beaucoup d’entre nous n’ont rien et se sont retrouvés réduits en esclavage en Libye ou morts en Méditerranée.

Le CL2P va continuer à tenir courageusement un discours de vérité, même au prix de nos vies, et nous ne céderons jamais aux sirènes du nettoyage ethnique agitées en filigrane par la rhétorique guerrière du régime de Yaoundé contre d'autres Camerounais minoritaires entrés en désobéissance civile depuis plus d'une année, du fait précisément de leur marginalisation institutionnalisée dans ou par la république du Cameroun.

Le CL2P est conscient que ceux qui s'opposent au dictateur travaillent à saper le président et, par conséquent, à saper le pays, et qu'ils devraient être arrêtés en tant que «subversifs» ou «traîtres». L'identification du président avec la nation est une forme particulièrement vénéneuse et idiote du culte de la personnalité et du pouvoir en place. Mais le président n'est pas le pays, et s'opposer au président - indépendamment de son programme politique (si tenté qu'il en ait un autre que la terreur généralisée dans le cas de Paul BIYA)- Ce n'est pas un acte de trahison ou d’outrage. C'est de la politique.

Ainsi, la prochaine fois que vous vous sentirez tenté d'appeler un de vos compatriotes Camerounais un «traître» ou un «mauvais patriote», vous devriez envisager sérieusement l'option infiniment préférable de vous taire.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques

http://www.cl2p.org

© Correspondance : Cl2p

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
58ème Coupe du Cameroun: 1500 euros pour Alain Nandjou sacré homme du match
58me Coupe du Cameroun: 1500 euros pour Alain Nandjou sacr homme du match
Facebook
réclame
Ruth KOTTO RACONTE SON VOYAGE DES USA by SOPIEPROD TV
évènement
Cameroun, Crise anglophone: Que se passe-t-il? :: CAMEROON
actuellement sur le site