Camer.be
CAMEROUN :: CENTRE DES URGENCES DE YAOUNDÉ : Voici comment ça fonctionne :: CAMEROON
CAMEROUN :: SANTE
  • L'Epervier : MVP
  • samedi 29 août 2015 13:43:13
  • 19774

CAMEROUN :: CENTRE DES URGENCES DE YAOUNDÉ : Voici comment ça fonctionne :: CAMEROON

Inaugurée le 18 août 2015 par le Premier ministre, cette structure sanitaire travaille 24h sur 24 avec un effectif de 256 personnels.

Le Centre des urgences de Yaoundé (Cury) est une formation sanitaire de deuxième catégorie. Il a été mis en service le 24 juin 2015. Il est chargé de recevoir les patients dont le pronostic vital est engagé. C’est-à-dire, des malades en détresse qui souffrent d’un infarctus du myocarde, d’une embolie pulmonaire, ou victimes de fractures diverses suite à un accident. Il s’agit d’un hôpital spécialisé en matière d’urgences. Il est la réponse du gouvernement au taux élevé de décès dans les urgences au Cameroun. En effet, selon une source médicale, plus de 40% de patients mourraient une fois admis à l’hôpital.

Les raisons qui l’expliquent sont principalement de trois ordres notamment le manque d’un plateau technique approprié, le manque de personnel  et surtout le fait que le personnel ne comprenait pas que l’esprit des urgences est de sauver les vies, le paiement des frais médicaux étant secondaires. Le Cury tiendra compte de tous ces paramètres, a promis le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda.

Avec à sa tête un médecin à la notoriété établie, le Dr Louis Joss Bitang à Mafock, le Cury est doté d’un plateau technique de haut niveau. Celui-ci est notamment constitué d’un scanner de 16 barrettes, de 50 lits pour l’hospitalisation des malades, d’un bloc opératoire, d’un laboratoire relevé, d’un service de chirurgie, d’un service de soins intensifs et d’une pharmacie. Au total, 256 personnels, tout grade confondu, s’investissent au quotidien pour s’occuper des patients. En plus de cet équipement de pointe, il y a aussi une équipe mobile qui peut commencer la prise en charge sur place, par exemple en cas d’accident de la route. Un numéro vert sera bientôt communiqué aux populations.

La devise au Cury est : les soins d’abord, l’argent après. L’enjeu est donc du côté des populations qui doivent faire l’effort de comprendre cette option prise par l’Etat en réglant bien leur facture une fois les soins terminés. Car, de leur attitude dépendre l’avenir du Cury. Les Camerounais le comprendrontils ? C’est maintenant qu’il faut commencer la sensibilisation pour que la réponse soit oui. En attendant, soulignons que l’Etat a fait sa part de job. Reste à l’équipe médicale de faire le sien. Aux populations de faire preuve de responsabilité.

© L'Epervier : MVP
29août
Lire aussi dans la rubrique SANTE
Vidéo