RDC/ RTNC: Freddy Mulumba, victime des réseaux maffieux.
RD CONGO :: MéDIA

RD CONGO :: RDC/ RTNC: Freddy Mulumba, victime des réseaux maffieux. :: CONGO DEMOCRATIC

Le directeur général par intérim de la Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC) s'est enfin exprimé à la suite de la notification de l'intersyndicale pour une grève illimitée.

Freddy Mulumba a éclairé la lanterne de l’opinion nationale et internationale sur la situation de cette chaine publique.  Le dirigeant est pris dans l’étau des réseaux maffieux qui demandent sa tête pour protéger leur bifteck

Le 16 août dernier, le personnel, toutes catégories confondues, de la RTNC a déposé un préavis de grève, pour un mouvement illimité, à la direction générale. Motif ?  ‘’Les grévistes’’ accusent le nouveau directeur général de mauvaise gestion financière. « Nous parlons des nouveaux barèmes salariaux qui tardent à être signés... il y a aussi l'épineux problème de la redevance... et aussi les conditions de travail à l'antenne, l'hygiène et la sécurité laissent à désirer », détaillait René Kalonda, la tête visible de ce mouvement d’humeur et proche du sous-directeur commercial au centre de toutes les malversations.

Freddy Mulumba Kabuayi qui assume l’intérim depuis le décès de Ernest Kabila le 25 juin 2021, s’est dit étonné de toute cette agitation. Selon lui, l’Inspection générale des Finances a initié un audit à la RTNC dont on devrait attendre les résultats. « On doit attendre les résultats (de l'audit) de l'IGF. La grève ne tient pas débout... derrière toute cette agitation, il y a la main noire... » a tenu à préciser M. Mulumba qui, il faut le signaler, n’était pas associé à la gestion de l’entreprise du vivant du titulaire du poste.

Une fois en fonction, Freddy Mulumba, pour diverses raisons difficilement établies, a du mal à accéder à la gestion courante de cet établissement public. De ce fait, il demande un audit de l’entreprise. C’est à ce moment précis qu’il lui sera présenté les listes de paie pour le 3ème trimestre. Etant donné que c’est pour la 1ère fois qu’il fait face à cette réalité et pour essayer d’en saisir la traçabilité, il institue une commission chargée de revisiter toutes les ressources, tous les fichiers du personnel. « Y ont pris part à cette réunion, les ressources humaines, l’audit, la délégation syndicale, la direction générale, le Conseil d’administration et la direction financière. Il ressort de ce travail que 3.221 employés sont répertoriés sur l’ensemble du pays contre 2.200 pour la seule administration centrale à Kinshasa. La situation paraît anormale. Il y a beaucoup d’irrégularités. Le rapport circonstancié a été envoyé au Conseil d’administration où il a fallu laborieusement disserter avec la partie syndicale et le représentant du ministre de la Communication et médias », a révélé M. Mulumba lors de l’entretien accordé à la chaine qu’il dirige.

Ainsi, d’irrégularités en irrégularités, l’audit a aussi décelé plusieurs déconvenues au niveau de la gestion de l’antenne publicitaire. Ce qui a poussé le directeur général à prendre une mesure conservatoire de suspendre la diffusion de toutes les publicités à la télévision. Surprise, c’est la délégation syndicale qui prendra la tête de la protestation sous prétexte que le directeur général privait la RTNC des rentrées financières sûres. Accédant à cette demande, l’employeur a exigé que tous les prestataires se présentent, chacun muni de son contrat. C’est ainsi qu’il découvrira des irrégularités dans certains contrats, le cas de l’entreprise ‘’Winner’’.

En effet, le contrat signé avec le partenaire ‘’Winner’’ l’était non par la direction générale de la RTNC mais par le sous-directeur commercial Katenga. Pire, il l’a signé sans délégation du pouvoir. « Mieux ce contrat engageait le paiement de 7.000 $ américains à la RTNC qui, curieusement n’en recevait que 4.000 $. Pour cette faute grave établie dans le chef de M. Katenga, il fut suspendu. Curieusement, Réné Kalonda, délégué syndical de son état et cousin de l’incriminé, monte au créneau évoquant la mégestion de la RTNC sur les antennes de la RFI. »

Imbroglio et manipulations

Pour mettre un terme au chapitre des irrégularités, l’audit a également révélé que dans le registre de la liquidation de la paie, les délégués syndicaux de la RTNC étaient régulièrement payés par le Budget en plus du salaire de chacun. A la lumière de toute cette confusion, la direction générale demande, dès le 02 août, un contrôle l’Inspection générale Financière (IGF). Pendant ce temps, une vaste rumeur se répand parmi les travailleurs faisant état d’un détournement de 11.000.000.000 de FC au sein de l’entreprise. Rajoutant ainsi au climat déjà délétère. La partie syndicale qui avait demandé une rencontre avec l’employeur pour relancer le dialogue social se ravise à la dernière minute sans explications. La direction générale y avait pourtant marqué son accord. Mieux, elle y avait associé une mission de l’IGF.

Alors que la délégation syndicale réclamait à cor et à cri cette réunion que l’employeur venait de fixer pour lundi 16 août, l’intersyndicale déposait un préavis de grève le 13 août. Contre toute attente, la délégation syndicale se ravise et refuse la main tendue de l’employeur. Une démarche curieuse qui laisse pantois les observateurs. Certaines réclamations paraissent farfelues quand on sait qu’en RDC et la RTNC, la réclamation du barème salarial (nouveau) ne relève pas de la direction générale. Mieux encore les syndicats sont parfaitement au courant du fait que ce barème a déjà été signé et transmis au Budget par le ministre de la Communication et médias parce que ce sujet a été débattu au conseil d’administration avec eux. « C’est à se demander dans ce cas de figure qui est le chien et qui est son propriétaire. Qui veut le noyer, cherche à l’accuser de rage. Surtout qu’ici personne ne peut être mieux placée pour parler de la mégestion si ce n’est que l’IGF ? Encore en mission à la RTNC », insiste Freddy Mulumba.

Après analyses, il parait clairement que le problème est ailleurs. Freddy Mulumba a donné un coup de pied à la fourmilière qui a avait ses habitudes.Il a voulu mettre un terme à un système qui avait cours dans la maison. Il apparait aujourd’hui comme l’ennemi à abattre. Mais va-t-on évincer un dirigeant qui veut bien faire son travail pour faire plaisir à quelques cupides maffieux qui protègent leur bifteck ? Doit-on laisser le mammouth RTNC continuer de pourrir de l’intérieur au motif qu’il nourrit quelques individus au point de disparaitre un matin ? 

Lire aussi dans la rubrique MéDIA

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo