Libération pour Tous : sur la politique tribale et la politique anti-noir
MONDE ENTIER :: POINT DE VUE

MONDE ENTIER :: Libération pour Tous : sur la politique tribale et la politique anti-noir :: WORLD

Il y a beaucoup de politiciens africains idiots qui ne comprennent pas que le tribalisme est une manifestation de la haine de soi, de l'automutilation et du narcissisme psychopathique qui perpétuent en réalité la politique anti-noir d’inspiration coloniale.

En effet, le tribalisme, par définition, est une forme de politique anti-noir. C'est parce que les tribus sont une invention coloniale qui a servi pour but de diviser pour régner et d'empêcher l'établissement d'une véritable politique noire et d'une conscience politique noire par des érudits tels que Steve Biko. En cela Steve Biko était encore plus dangereux que l'ANC et Nelson Mandela réunis car il était clairement en dehors des logiques coloniales et raciales de l'apartheid.

Aussi, jusqu'à ce que les tribalistes et les ethnofascistes, et toutes les personnes qui ont intériorisé la suprématie blanche et les politiques anti-noirs, renoncent à leur engagement en faveur de l'automutilation, la haine de soi et l'égocentrisme pouvoiriste, nous ne verrons pas la fin des politiques (anti-noir). Car nous vivons dans un monde où il semble beaucoup plus facile, beaucoup moins menaçant pour ceux qui valorisent l'individualisme, de laisser l'exploitation réelle - et métaphorique - des Noirs se poursuivre sans entrave. Ainsi, opprimer d'autres Noirs, sous quelque forme que ce soit, est un acte de politique anti-noir.

Cela dit, nous sommes également au Cameroun dans un État tribal où ceux qui pactisent n'en disent pas un mot quand il leur profite et s'érigent en seules victimes quand celui-ci se retourne contre eux.

Le combat contre le tribalisme d’État ne peut s'accommoder d'une mémoire courte et sélective, pas plus il résiste à la tentation du repli partisan et communautaire. Il exige une totale objectivité dans un désintéressement incontestable. C'est cela notre divergence de fond avec les partisans de la victimisation tribale. Et souffrez que nous puissions l'exprimer en toute liberté sans en permanence vouloir nous enfermer dans une case voire une cage tribale.

Ainsi, nous devons désapprendre les catégories eurocentriques coloniales pour comprendre que personne n'a le droit de thésauriser les ressources de l'État dans des endroits comme le Cameroun.

Au CL2P, nous privilégions un engagement éthique les uns envers les autres au niveau de chaque individu. En cultivant la solidarité, en investissant dans la construction communautaire et en pratiquant l'antiracisme au quotidien, nous pourrons commencer à saper lentement les bases structurelles qui soutiennent l'iniquité et l'injustice à travers une politique radicale des petits pas.

Alors, peut-être juste après, l'institutionnalisation pourrait emboîter le pas.

Pr. Olivier J. Tchouaffe, Porte-parole du CL2P

http://www.cl2p.org 

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo