Lettre du médiateur universel au président du GICAM
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Lettre du médiateur universel au président du GICAM :: CAMEROON

Observations fraternelles relativement à votre correspondance adressée au Ministre d’Etat, Ministre de la justice, Garde des sceaux

ANNULATION DE LA RENCONTRE AVEC LES OPERATEURS ECONOMIQUES

Monsieur le Président,

Cher compatriote et très cher frère,

Je me fais fort, de vous porter mes marques de félicitations et d’encouragements, pour votre pilotage des intérêts du patronat camerounais, depuis votre première élection à la tête du GICAM. Il est indéniable que vous avez su poursuivre avec intelligence et vigilance, l’œuvre glorieuse d’André Siaka. Vous avez ainsi non seulement perpétué, mais également élargit une tradition de dialogue et de concertation, avec l’ensemble des acteurs publics et privés, dans l’intérêt de l’instauration d’un cadre des affaires apaisé pour le développement du pays.

C’est dans cet esprit, que j’a suivi avec une particulière attention, vos échanges somme toute difficiles, avec la Direction générale des impôts, concluant à une inadéquation du cadre référentiel du dialogue, ajouté à une insuffisante préparation des termes de la concertation des deux côtés, sans pour autant en faire un drame.

Monsieur le Président,

C’est avec peine et gêne, que je viens de prendre connaissance à travers les réseaux sociaux, de votre correspondance adressée à Monsieur Laurent ESSO, Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des sceaux. Je veux croire, sous réserve de tout autre paramètre de considération échappant à mon entendement premier, qu’il s’agit d’une simple erreur d’appréciation.

En effet vous avez pris le risque d’exposer délibérément votre organisation, comme un corps en mesure de dicter à la puissance publique, et par ailleurs d’ordonnancer le protocole de la représentation nationale. Le GICAM aurait-il la compétence d’imposer au Chef de l’Etat directement ou à son gouvernement indirectement, l’identité, la nature, le statut, le rang et la qualité des plénipotentiaires de la République du Cameroun désignés par lui en vertu de ses pouvoirs et prérogatives constitutionnels, lesquels s’expriment conséquemment en son nom ?

Il y a lieu de craindre, au regard des interprétations suscitées, que votre prestigieuse institution, tout à fait involontairement, ait contribué à amplifier les vœux des esprits malveillants, soucieux de semer l’anarchie, le désordre et des querelles inutiles dont la fixation négative ou positive sur certaines personnalités, apparaît comme le but inavoué.

Dans tous les cas je reste persuadé, que le GICAM qui rassemble de brillants capitaines d’industrie à la sagesse avérée, ne saurait militer pour autre chose que pour la grandeur de notre pays, la construction et la garantie d’un cadre de dialogue et de concertation efficace, propice à l’émulation du patriotisme économique.

Je vous prie d’accepter, Monsieur le Président et cher compatriote, l’expression de mes salutations distinguées./.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo