Nécrologie: Jean-Vespa est mort
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Nécrologie: Jean-Vespa est mort :: CAMEROON

L’opérateur économique a rendu l’âme lundi 5 avril dernier à Yaoundé, des suites de maladie, à l’âge de 85 ans.

L’homme d’affaires Jean-Vespa Njila n’est plus. Il est décédé le lundi 5 avril dernier à Yaoundé, des suites de maladie, à l’âge de 85 ans. Hier, à son domicile au Marché central, la tristesse était visible sur les visages des personnes présentes. 

C’est une atmosphère lourde qui règne sur les lieux. Dans un silence de cimetière, des gens arrivent se recueillent près de la photo du défunt, présentent leurs condoléances et s’en vont. A en croire l’un de ses fils, Jean-Vespa Njila était affaibli par la maladie depuis 2017. « Papa a eu plusieurs accidents cardio-vasculaires. Dimanche 28 mars 2021, il a eu une autre attaque et a été transporté en urgence à l’hôpital. Malheureusement, cette autre attaque lui a été fatale. Il est mort lundi dernier », explique le fils du défunt. 

Jean-Vespa Njila, l’homme d’affaires qui s’est fait un nom à travers la vente des chaussures, des montres et des investissements immobiliers, laisse également un grand héritage à la ville de Yaoundé. D’ailleurs au quartier Carrière, tout un carrefour porte son nom. Au Marché central aussi, son immeuble sert de repère à plusieurs. Et pourtant, rien ne présageait un tel succès dans le monde des affaires au jeune Jean Njila lorsqu’il quittait son village Balengou à l’âge de cinq ans, pour se rendre à Obala chez son frère aîné. 

À 12 ans, il se lance dans la vente des cannes à sucre. Deux ans plus tard, Jean Njila décide de s’installer dans la capitale politique et travaille avec ses grands frères. « À l’époque, les jeunes enfants n’avaient pas le droit de porter le pantalon. Mais un jour, il a porté le pantalon et a été réprimandé. C’est ainsi, qu’il a décidé de le vendre et d’en racheter deux autres. Grace à cet argent, il a pu acheter du tissu super 100. Et en partenariat avec son cousin qui était couturier, il a ouvert un comptoir de vêtements. Des articles qu’il livrait dans plusieurs localités du Cameroun », explique son fils.

Lorsqu’il fait la connaissance de Tsekenis dans les années 1950, il commence à acheter les chaussures et des montres chez celui qui est devenu son ami, pour les revendre en détail. Au fil du temps, il est passé de détaillant à grossiste. Bien introduit dans ce domaine, il décide de se lancer dans l’immobilier, c’est ainsi qu’il acquiert des parcelles de terre au quartier Carrière. 

Il y construit une cité dans laquelle l’Etat loge des fonctionnaires et des diplomates. C’est à ce moment qu’il se lie d’amitié avec un colon français qui possédait une Vespa. Lorsque celui-ci quittait le Cameroun, il la lui a laissée, d’où son surnom Jean-Vespa, car il était le premier Camerounais à posséder une Vespa. « Papa était un homme ambitieux. Il n’a pas eu la chance d’aller à l’école, il a appris à lire seul. Jusqu’à 85 ans, son passe-temps était la lecture. C’était un père aimant, une source d’inspiration pour tous. Sa présence et ses conseils vont nous manquer », conclu le fils du défunt Jean-Vespa Njila Njila.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo