L'an 1 de la Régie du Terminal à Conteneur: Des chiffres qui suscitent de l'admiration
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: L'an 1 de la Régie du Terminal à Conteneur: Des chiffres qui suscitent de l'admiration :: CAMEROON

La seule interprétation des résultats engendrés par cette structure, un an seulement après sa mise en service, comparés à ceux de l’ancien opérateur, suffit à reconnaitre la pertinence du choix qui a été porté sur ce consortium.

« la RTC (Régie du terminal à conteneurs) a certes démarré avec beaucoup de doute, mais le doute n’existait que dans l’esprit de ceux qui ne croyaient pas en l’efficacité, en l’expertise camerounaise. Le doute n’était pas dans notre esprit. Nous savions très bien que la mission qui nous était confiée, nous allions la remplir efficacement et en termes de bilan », a eu à déclarer Faustin Dingana, DG délégué de la RTC. 

Les faits parlent d’eux-mêmes : maîtrise opérationnelle, augmentation de la productivité, réduction des charges d’exploitation, augmentation des recettes, respect des engagements vis-à-vis du trésor et du PAD. 

Si une année peut paraitre insuffisante pour esquisser un bilan dans une structure dont l’importance en termes économiques n’est plus à signaler, elle peut paraitre comme un bon repère, une belle base d’appui sur laquelle l’on peut se référer. Et la référence est si poignante que malgré un contexte économique morose dominé par la pandémie qui a impacté les économies mondiales du fait de la fermeture des frontières terrestres et maritimes du Cameroun, la Rtc a tout de même achevé l’année 2020 sur une bonne note avec à la clé près de 50 milliards de recettes (49,88 milliards de Fcfa pour être précis), contre 48,45 milliards enregistrés au cours de la même période par l’ancien opérateur qui évoluait pourtant dans un climat « plutôt sain » en 2019. « Nous avons entièrement remplis le cahier de charges qui était le nôtre. Nous avons accompli l’objet social pour lequel la Rtc avait été créée à savoir, reprendre l’exploitation et la maintenance, la gestion du terminal à conteneurs. »

Il faut bien le souligner : au moment du démarrage des activités, la situation contraignante que devait gérer la structure, était relative à l’apurement des conteneurs au Terminal au 31 décembre 2019. Un fait rendu difficile en l’absence de base de données, le refus de l’opérateur précédent de permettre une continuité des activités avec son système d’exploitation Oscar à travers le verrouillage de l’infrastructure informatique par des codes qui rendaient inutilisables ou du moins difficilement exploitable ; des terre-pleins extrêmement dégradés...

Mais c’était sans compter avec la détermination, l’ingéniosité le patriotisme qui animait et continue d’animer la ressource humaine utilisée par le nouveau management. Lequel s’est soldé par un engagement sans faille vis-à-vis de l’Etat.

Résultat des courses : 15, 402 milliards de Fcfa au Pad contre seulement 04,322 milliards avant en 2019. Auprès du fisc, ce sont 09,25 milliards de Fcfa, contre 07,92 milliards en 2019 qui ont été encaissés. Il aura à cet effet suffi de déployer dès le 1er jour d’un nouveau système d’exploitation du terminal, le NAVIS N4 qui, une fois paramétré, a fait fonctionner toutes les activités du terminal. Dans cette même dynamique, un système de facturation sur WinDev et Excel pour les premières semaines de facturation et remplacé plus tard par le déploiement du module Navis N4 Billing. Il en aura été de même avec la souscription auprès de Camtel et de Swecom d’un abonnement au Cloud pour le stockage des bases de données.

La comparaison attestant davantage du bilan positif présenté, peut aussi se situer au niveau du nombre de navires traités. En 2020, la Rtc a traité 328 navires alors que dans un contexte suffisamment reluisant, l’ancien opérateur en a traité 337. On s’imagine bien ce que cela aurait pu être si la pandémie du coronavirus n’était pas venue s’interposer ! Aussi aura-t-on appris que sur les 328 navires traités en 2020, 366 667 conteneurs vingt pieds (EVP) auront été débarqués et embarqués contre 370 685 EVP réalisés en 2019 par l’ex-operateur. Sur la même période, 123 296 conteneurs pleins ont été livrés contre 116 278 en 2019. Ce qui a pu représenter une moyenne 341 conteneurs par jours en 2020 contre 322.

Assurément, les membres du Conseil d’administration du Port autonome de Douala (Pad) ont vu gros et grand en prenant de manière collégiale la résolution n°0685/19/CA/PAD du 6 décembre 2019, modifiée et complétée par celle n°0688/19/CA/PAD du 19 décembre 2019. Laquelle a sorti des fonds   baptismaux, la Régie du terminal à conteneurs (Rtc) qui, aujourd’hui, fait la fierté de la nation autant qu’elle démontre de la fiabilité de l’expertise locale. Laquelle a conduit à l’instauration des cadres de concertation avec tous les partenaires commerciaux de la Rtc (armateurs, chargeurs, transporteurs, commissaire aux douanes agréés, administration des douanes, etc.) dans le but de maintenir une transparence totale dans l’exploitation et une communication de proximité. Dans cette même veine, la réhabilitation des voies d’accès, ce qui a pour effet la fluidification de la circulation dans l’enceinte portuaire. 

En perspective, il est même envisagé la poursuite des travaux de réparation de 25 000 m2 de terre-pleins et voies de circulation prioritaires sur le terminal à conteneurs et leur achèvement dans un très court délais. Sans crier au triomphalisme, la gestion du terminal à conteneurs du Pad se profile sous de bons auspices.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo