Cameroun-Réconciliation: Happy end dans l´affaire Bassogog-Diffo :: CAMEROON
Cameroun-Réconciliation: Happy end dans l´affaire Bassogog-Diffo :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SPORT
  • camer.be : Léandre Nzie
  • jeudi 18 juin 2020 12:00:00
  • 4316

Cameroun-Réconciliation: Happy end dans l´affaire Bassogog-Diffo :: CAMEROON

Le joueur et le directeur de publication du site d'information en ligne Sport-Vibes.net ont fini par faire la paix des braves.
S'il ya une affaire qui a défrayé la chronique ces dernières semaines dans les milieux du football et de la presse sportive au Cameroun, c'est bien l'altercation entre Franck Éric Diffo, directeur de publication du site d'information Sport-Vibes.net et certains proches de l'international camerounais, Christian Bassogog.

En effet, dans une série d'articles consacrés aux performances des joueurs ayant brillé sous les couleurs des lions indomptables durant l'épopée victorieuse de 2017,en abordant le chapitre sur le meilleur joueur de cette édition, le journaliste n'était pas allé du dos de la cuillère. En critiquant ses performances actuelles faisant de lui à 24 ans un joueur sur le déclin.

Des propos qui n'avaient pas plu à l'entourage du joueur qui, sur le feu de l'action, avaient proféré des menaces au journaliste, au point d'en venir aux mains. Une altercation qui a été relayée par toute la presse sportive du pays de Samuel Eto'o.

De passage sur le plateau de la chaîne canal 2 international, dans le cadre de l'émission Question de Sport du mercredi 17 juin, le journaliste a laissé entendre que la hache de guerre est désormais enterrée entre le joueur et lui. Il affirme avoir rencontré le joueur à plusieurs reprises après l'incident grâce à la médiation du coach Towa et de certains de ses aînés, à l'instar d'Hervé K.

Et les deux hommes ont tiré un trait sur ce malentendu. Si le journaliste se félicite de l'impact de son article sur le footballeur qui a repris avec beaucoup plus d'ardeur le chemin des entraînements sous la houlette du coach Towa, il regrette que certains de ses confrères aient voulu récupérer cette affaire à leur compte pour se faire de l'argent. Toujours est-il que tout est bien qui finit bien.

Et comme l'a si bien relevé Lucien Mettomo membre du Synafoc '' on ne saurait laisser prospérer une guerre entre la presse sportive et les footballeurs, car ces deux corps sont presque condamnés à cheminer ensemble''.

18juin
Lire aussi dans la rubrique SPORT

canal de vie

Vidéo