CAMEROUN :: Déperditions des jeunes filles : Ces conseillers toxiques… :: CAMEROON
CAMEROUN :: Déperditions des jeunes filles : Ces conseillers toxiques… :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Cameroon Tribune : Alexandra TCHUILEU N.
  • vendredi 11 octobre 2019 03:00:00
  • 4646

CAMEROUN :: Déperditions des jeunes filles : Ces conseillers toxiques… :: CAMEROON

Ils sont insidieux, séduisants et pourtant, déroutent. Les écueils qui compromettent la réussite honorable de la jeune fille sont multiples.

Jeune, la fille est aussi jolie. Dans son entourage, elle suscite ainsi de l’intérêt. Aller à l’encontre des règles de tenue donnent à certaines l’impression de se bâtir une personnalité. Il leur arrive dès lors de céder à des « expériences » nouvelles. Insidieuses, ces dérives s’expriment de plusieurs manières. Avec un objectif, écarter la jeune fille de son évolution.

Mauvaises compagnies.

Dans son salon de coiffure, Jeannette se souvient de ses beaux jours à l’école. Elle avait de bons résultats scolaires. A 15 ans, elle a sombré. La puberté y était pour beaucoup selon elle. Mais les « grandes sœurs » rencontrées à l’école surtout. Jeannette n’écoutait plus personne. Elle s’est arrêtée en classe de 3e , après avoir arraché de haute lutte son brevet d’études du premier cycle. Au moins, elle a pu ouvrir un salon de coiffure. La plupart du temps, tous les cas ne finissent pas toujours de cette manière

Drogues, alcool, tabac.

Dans les établissements scolaires, ce trio d’enfer fait des dégâts. Les campagnes de sensibilisation se multiplient, tant le phénomène fait des ravages auprès des jeunes. A Yaoundé, à Bafoussam ou à Douala, les cas d’élèves pris en flagrant délit de consommation ou de vente de ces produits illicites sont légion. Suivant leurs camarades de sexe masculin, beaucoup de filles s’y adonnent. Croyant y puiser une certaine autorité et avec l’assurance de manquer de clairvoyance et de concentration pour leur préoccupation première, les études.

Sexualité précoce.

La télévision n’aide pas. Internet et son caractère permissif non plus. La sexualité reste tabou dans les conversations, mais peu dans les actes. Au jeune âge, les filles osent des expériences. Comme une étape de validation d’un grade, la sexualité se veut un outil de mesure de la « maturité » pour tant de jeunes. La conséquence, ce sont souvent des maladies sexuellement transmissibles à la pelle

Grossesse précoce.

Une conséquence de la sexualité précoce. Lorsqu’elle est découverte chez une élève en milieu d’année scolaire, le congé de maternité contraint la concernée à tout suspendre. En effet, une étude menée à la clinique des adolescents à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (Hgopy) entre janvier 2015 et juin 2016 donne froid dans le dos. LE portail des camerounais de Belgique. La proportion des accouchements chez les jeunes filles âgées de 13 à 19 ans indique que 308 sur 3869 jeunes filles accueillies dans cette structures sont enceintes, soit 7,96 %. En général, cette maternité est assurée en dehors du cadre scolaire. Une année d’études est ainsi à reprendre, compromettant de ce fait l’avenir de la jeune fille.

11oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo