Cameroun, Crise anglophone: De échanges de tirs ce matin dans la ville de Kumba :: CAMEROON
Cameroun, Crise anglophone: De échanges de tirs ce matin dans la ville de Kumba :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Yolande Tankeu
  • samedi 16 février 2019 17:06:00
  • 11176

Cameroun, Crise anglophone: De échanges de tirs ce matin dans la ville de Kumba :: CAMEROON

Des échanges de tirs ont été entendus samedi matin à Kumba, chef lieu du département de la Mémé, une des deux régions anglophones du Cameroun théâtres depuis fin 2017 d'un conflit entre l'armée et des séparatistes armés, selon des témoins.

"On a entendu des coups de feu ce matin à 8h 30 et ce pendant une demie heure au niveau de Kumba main Gate" marché central de Kumba, a indiqué en fin de matinée un témoin à Camer.be par téléphone, soulignant avoir vu des militaires échanger des coups de tirs avec des hommes lourdement armés.

"Des combattants séparatistes ont investi plusieurs coins du marché central de Kumba et on commencé à tirer sur les positions des militaires et de la police. ces derniers ont riposté sans succès avec au menu un véhicule des militaires complètement saccagé par l'impact des balles", a indiqué à Camer.be un autre témoin, ajoutant que "plusieurs commerces sont restés fermés, ce samedi, jour de grand marché".

"Les tirs ont cessé maintenant", a ajouté un troisième témoin à Camer.be, à 15H30

Un gendarme tué la veille à Kumba

Toujours dans cette ville, un gendarme a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi à Kumba.

Toujours selon nos sources, les faits se sont produits au poste de contrôle conjoint police-gendarmerie de Kake.

Le défunt gendarme s’était déplacé pour pour aller recharger son téléphone portable. Il s’est fait surprendre par un inconnu qui l’a poignardé dans le dos, avant de prendre la fuite. Lorsque ses collègues sont arrivés, il était déjà trop tard.

Dans la partie anglophone du Cameroun, depuis fin 2017, des combats opposent régulièrement les forces de sécurité à des groupes épars de séparatistes armés qui, cachés dans la forêt équatoriale, attaquent gendarmeries et écoles et multiplient les kidnappings.

Selon l'ONU, 437.000 personnes ont été déplacées par le conflit dans les régions anglophones et plus de 32.000 autres ont fui au Nigeria voisin.

16févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo