Cameroun, Lettre ouverte à Paul Biya: NGAH Cunégonde demande un audit sur la gestion du BGFT :: CAMEROON
Cameroun, Lettre ouverte à Paul Biya: NGAH Cunégonde demande un audit sur la gestion du BGFT :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Correspondance : Mme. NGAH Madeleine Cunégonde
  • samedi 16 février 2019 10:33:00
  • 3770

Cameroun, Lettre ouverte à Paul Biya: NGAH Cunégonde demande un audit sur la gestion du BGFT :: CAMEROON

La Secrétaire Général Adjoint du SNTRC, Vice-présidente du Groupement des transporteurs Professionnels camerounais (GTPC) a adressé une lettre au président de la république pour demander une Motion de soutien pour la mise en place de La commission d’audit de la gestion du BGFT Et des précisions sur le statut juridique du BGFT.

Intégralité de la lettre

Mme. NGAH Madeleine Cunégonde Douala, le 01 février 2019
Transporteur camerounais
Secrétaire Général Adjoint du SNTRC
Vice-Présidente du Groupement des transporteurs
Professionnels camerounais (GTPC)
Tél : 699.972.241/695.849.327
E-mail : cunegondengah@gmail.com 

A SON EXCELLENCE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
CHEF DE L’ETAT
Yaoundé

Objet : Motion de soutien pour la mise en place de la commission d’audit de la gestion du BGFT et des précisions sur le statut juridique du BGFT.

EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

Je me permets de venir très respectueusement auprès de votre très haute bienveillance, d’abord pour vous féliciter pour votre brillante réélection à la tête de l’Etat Camerounais, ensuite pour vous exprimer mes vives et chaleureuses motions de soutien relativement à la mise en place de la commission d’audit de la gestion du BGFT.
EXCELLENCE,
La misère des transporteurs et de l’Etat du Cameroun à cause du BGFT et SNTRC, car ces deux entités se confondent depuis, m’impose de solliciter votre attention et intervention urgentes.

En effet, M. SIME Pierre est cumulativement président du SNTRC depuis 31 ans et président du comité de gestion du BGFT depuis 22 ans. OUMAROU DANDJOUMA est chargé de mission N°1 au SNTRC depuis 31 ans et Coordinateur du BGFT depuis 21 ans. C’est fort de cette longévité à la tête de ces deux structures qu’ils confondent le BGFT en un démembrement du SNTRC, alors que le BGFT est une structure ETATIQUE.

Le BGFT est un démembrement du Conseil National des Transports (CNT) qui, dans l’article 4 de l’arrêté N°157/CAB/PR du 20 Mars 1989 portant création du conseil national des transports,prévoit la création de commissions telles que celle chargée de la répartition de frets entre les différents modes de transports.
Le BGFT est une structure de l’Etat avec un capital social à 100% étatique. Car dès la création du BGFT, c’est le Conseil National des Chargeurs Camerounais (CNCC) qui débloque 60 000 000 FCFA pour son installation et le démarrage de ses activités. Toutes les recettes du BGFT proviennent du peuple camerounais en la personne des transporteurs par camions syndiqués ou indépendants, à travers les frais d’obtention de la LVI, les frais de timbre sur LVI et les frais de vignette spéciale CEMAC.

C’est M. EDOU Emmanuel, Directeur Général du CNCC d’alors fut le premier président du comité de gestion du BGFT, et le Docteur en transports, M. OUMAROU MEFIROU, DGA du CNCC fut le premier coordinateur du BGFT.

C’est donc considérant les missions dévolues au conseil national des transports que le Ministre des travaux publics et des transports de l’époque a organisé le Bureau Commun par le biais de la décision n°001550 du 20 Mars 1991. Ce bureau commun fera faillite à cause des détournements de ses fonds publics par MM. SIME Pierre, OUMAROU et autres (Pièce 1).

La décision n° 01107/MINTPT/DT du 26 aout 1993 portant organisation du Bureau de Gestion du fret terrestre s’appuietant sur l’arrêté N°157/CAB/PR du 20 Mars 1989 portant création du conseil national des transports que sur la décision n°001550 du 20 Mars 1991.

Cette décision n° 01107/MINTPT/DT du 26 aout 1993 portant organisation du Bureau de Gestion du fret terrestre définira en son article 2 les missions du BGFT dont entre autres de« faciliter, éventuellement, la collecte des taxes et impôts afférents au transport pour le compte de l’Etat et des collectivités locales ». L’article 5 de la même décision déclinera la composition du Comité de gestion du BGFT à savoir :
- 1 représentant du Ministère des transports ;
- 1 représentant de la Regifercam (CAMRAIL) ;
- 1 représentant du C.N.C.C ;
- 1 représentant du syndicat national des transporteurs routiers (SNTRC);
- 1 représentant du syndicat des C.A.D et transitaires

Cependant la décisionn°00483/MINT/DT du 04 Avril 1997 qui s’appuie elle aussi sur l’arrêté N°157/CAB/PR du 20 Mars 1989 portant création du conseil national des transports et sur la décision n°001550 du 20 Mars 1991, va reprendre entièrement la décision n° 01107/MINTPT/DT du 26 aout 1993, mais en ne modifiant que l’article 5 relatif à la composition du Comité de gestion du BGFT :
- 1 représentant du Ministère des transports ;
- 1 représentant de la Regifercam (CAMRAIL) ;
- 1 représentant du C.N.C.C ;
- 4 représentants du syndicat national des transporteurs routiers (SNTRC);
- 1 représentant du syndicat des C.A.D et transitaires

Cette décision, en faisant passer le SNTRC d’1 représentant à 4, lui donne non seulement la majorité, mais également la prépondérance au sein du comité de gestion. D’où la transformation du BGFT en une épicerie du SNTRC à la solde de M. SIME Pierre et M. OUMAROU DANDJOUMA.

A chaque fois que l’Etat a voulu voir clair dans le fonctionnement et la gestion des ressources du BGFT, M. SIME Pierre et M. OUMAROU DANDJOUMA s’y sont opposés soit en bloquant les commis de l’Etat dans l’exercice de leur mission d’audit, soit en brandissant des mots d’ordre de grève, faisant ainsi le chantage à l’Etat et bafouant son autorité.

Fort de cette situation de mal gouvernance et de détournement massif des deniers publics (non reversement des centaines de milliards de FCFA représentant les frais de timbre sur LVI, les recettes de vignette spéciale CEMAC et les frais d’obtention de la LVI), nous souhaitons qu’il vous plaise de bien vouloir, EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, maintenir et renforcer la mission d’audit de la gestion du BGFT.

Dans cet espoir,
Veuillez agréer, EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, l’expression de notre profond respect.

Mme. NGAH Madeleine Cunégonde

16févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo