CAMEROUN :: Le racket sur les corridors menace les recettes du port de Douala :: CAMEROON
CAMEROUN :: Le racket sur les corridors menace les recettes du port de Douala :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE CAMEROUN :: Le racket sur les corridors menace les recettes du port de Douala :: CAMEROON
  • Intégration : Zacharie Roger Mbarga
  • mercredi 16 janvier 2019 02:00:00
  • 3007

CAMEROUN :: Le racket sur les corridors menace les recettes du port de Douala :: CAMEROON

Les corridors Douala-Bangui et Douala-Ndjamena font peser sur le port de Douala une diminution des activités commerciales du Tchad et de la République centrafricaine.

Selon les camionneurs en activité, les tracasseries administratives et les paiements informels sur le seul corridor Douala-Ndjamena coutent en moyenne près de 154000 francs CFA par voyage à chaque camion. Ce qui équivaut à près de 200 milliards de francs CFA par an de pertes pour ceux-ci. Une répercussion mécanique sur les prix de revient impose une inflation du prix à l’arrivée.

Pour se prémunir de cette situation, le Tchad et la Centrafrique se sont progressivement tournés vers les ports de Cotonou (Bénin), Port-Soudan (Soudan) et Pointe-Noire (Congo). Un désengagement total pourrait causer à l’État une perte de près de 500 milliards de FCFA d’activités portuaires. En 2017, les statistiques de la douane camerounaise admettaient que le port de Douala avait perdu 50 % du marché tchadien.

Coup d’épée dans l’eau!

Au niveau du port de Douala, plusieurs mesures ont été prises. Entre autres, on a la réduction des procédures et la création du guichet unique en collaboration avec la douane, le désengorgement des zones d’entreposage. En sus, la direction générale a procédé à l’ouverture des bureaux de représentation à Ndjamena et à Bangui. Dans ce sillage, «les représentations devront sonder régulièrement le fonctionnement des corridors, afin de relever à chaud les entraves qui persistent, et les relayer rapidement à qui de droit», expliquait Cyrus Ngo’o, le directeur général du Port autonome de Douala.

Le problème semble désormais se poser avec acuité, vu que le port de Pointe-Noire fait désormais office de concurrent sérieux. Lors de la clôture de l’exercice budgétaire 2017 présenté lors du conseil d’administration de mai 2018, le résultat net bénéficiaire du port de Douala a chuté de 455,5 millions de francs CFA, contre 940,5 millions de FCFA en 2016. Le Tchad et la Centrafrique représentent 45 % des recettes du port.

16janv.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo