Les vœux de Noël et de Nouvel an du président Vincent-Sosthène FOUDA au peuple camerounais :: CAMEROON
Les vœux de Noël et de Nouvel an du président Vincent-Sosthène FOUDA au peuple camerounais :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Correspondance : Prof Vincent-Sosthène FOUDA
  • mardi 25 décembre 2018 13:24:00
  • 1467

Les vœux de Noël et de Nouvel an du président Vincent-Sosthène FOUDA au peuple camerounais :: CAMEROON

My dear compatriotes, By anticipation Merry Christmas to all and Happy New Year 2019. The year of joy, healthy, prosperity and happiness for all. May the Almighty God bless you all.

Mesdames et Messieurs,

Pour beaucoup d’entre nous les fêtes de Noël et de Nouvel An sont un moment de bonheur. Nous rêvons des rues de nos villes, illuminées créant une ambiance de fête. Dans les foyers doit régner la joie de se retrouver, d’être ensemble. Les parents retrouvent les enfants partis à la conquête de leur vie, les petits enfants apprennent l’histoire du terroir qui est leur héritage. C’était le Noël de mon enfance que je perpétue aujourd’hui avec mes enfants et petits enfants. Malheureusement cela ne vaut pas pour tout le monde. Pour beaucoup, ce sont des jours difficiles. Je pense aux personnes seules, à celles qui sont malades, à toutes celles qui portent de lourds fardeaux. Je pense à tous ceux qui ont perdu un être cher. Et cette année en particulier, je pense à toutes ces familles déplacées dans les zones de conflits parfois dans l’indifférence de tous et des pouvoirs publics en premier.

Une élection présidentielle a eu lieu cette année, avec les résultats que nous connaissons. Notre pays et l’ensemble des citoyens doivent continuer à travailler pour que la démocratie soit un fait dans notre pays et non une simple vue de l’esprit. La situation économique dans notre pays, l’attente de la formation du gouvernement en violation de la constitution de notre pays, sèment le doute sur l’avenir. Nombre de personnes sont inquiètes pour leur emploi, leur revenu, leur sécurité. Trop de jeunes pensent que leur vie et celle de leurs enfants sera moins bonne que celle de leurs parents. Les faits, les statistiques nous le prouvent avec la chute de l’espérance de vie, trop de jeunes n’arrivent pas à trouver d’emploi, à fonder une famille. On retrouve donc dans la même case trois voire quatre générations sous le même toit vivant de la pension des grands parents quand celle-ci est versée. Ce sentiment d’incertitude, de désarroi, de colère même, peut aussi mener à une perte de confiance dans les institutions.

Et pourtant je veux vous adresser aujourd’hui un message d’espoir. Partout dans le pays, mon épouse, nos enfants et moi sommes impressionnés par de remarquables projets dans lesquels des citoyens s’investissent sans compter et qui motivent d’autres à s’engager également.

Je vois des hommes et des femmes qui osent interagir avec sincérité et vérité. J’ai ressenti cela moi-même lors de mon dernier séjour parmi vous. J’ai rendu visite à un jeune camerounais qui travaille avec tendresse à mettre sur pied des couveuses qu’il va proposer dans nos hôpitaux. Je vois une réelle avancée des rencontres sans préjugés et avec tendresse, reconnaître les fragilités de l’autre en même temps que les siennes propres. Je suis bouleversé par l’énergie que cela libère en soi. La douceur est une force.

Je vois aussi de nombreux exemples de solidarité et de générosité. Notamment dans nos jeunes qui quittent le Cameroun, qui vivent dans le désert dans des conditions qui dépassent tout entendement humain. Puis un jour, une carte postale comme celle que j’ai reçue il y a trois jours et qui m’invite à un mariage. Je vois dans les villages, de nouvelles formes de solidarités se développer avec des matrones qui accueillent sous leur toit des personnes exclues ou n’ayant plus de famille à cause de la mort précoce des enfants voire des petits enfants. Dans des projets qui rassemblent des personnes de générations et d’origine différentes, il y a des initiatives et des places à prendre. Beaucoup n’hésitent pas à sacrifier leur confort pour se rapprocher de l’autre.

Je vois enfin quantité de jeunes et de moins jeunes qui ont compris que pour réussir, il faut avoir le courage de recommencer. Ils refusent de rester en marge de la société. Ils ne se résignent pas. Ils comprennent que réussir, c’est aussi vouloir le succès de l’autre et accepter son aide. Je pense à ceux qui saisissent les mains tendues pour apprendre, pour reprendre leurs études, pour trouver un emploi.

Mes chers compatriotes, mesdames et messieurs,

Tous ces exemples expriment la volonté de construire une société où l’on se soutient les uns les autres dans l’épreuve et où l’on s’entraide à réussir. Ils montrent qu’une société plus chaleureuse est à notre portée. Ils méritent une plus grande visibilité. Je suis convaincu qu’ils peuvent aussi créer une dynamique qui enrichit l’action de nos institutions et qui renforce la confiance dans les fondements de notre démocratie sans cesse en gestation. Ne désespérons pas. C’est ce que je souhaite, de tout cœur, pour notre pays, pour chacune des dix régions de notre pays en cette veille de l’année 2019.

Mes chers compatriotes, Mesdames et Messieurs,

Mon épouse, nos enfants et moi et toute notre famille vous souhaitons une joyeuse fête de Noël et une bonne et heureuse nouvelle année dans quelques jours.

25déc.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo