Camer.be
CAMEROUN :: Rentrée scolaire 2018-2018 : L’Acdic épingle les proviseurs de lycée :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Le Messager : Dimitri AMBA
  • jeudi 30 août 2018 00:55:00
  • 1426

CAMEROUN :: Rentrée scolaire 2018-2018 : L’Acdic épingle les proviseurs de lycée :: CAMEROON

L’Association citoyenne pour la défense des intérêts collectifs à travers un communiqué interpelle la communauté éducative au sujet des cas de corruption qui ont court pendant le processus d’inscriptions des enfants dans certaines classes. Les proviseurs et directeurs d’établissements sont ainsi dans la ligne de mire de cette organisation de la société civile.

Dans un communiqué rendu public en fin de semaine dernière par le Secrétaire permanent de l’Acdic, Viviane Teguia « attire l’attention de l’opinion nationale et de la communauté éducative sur les faits de corruption qu’elle avait déjà décriés et dénoncés l’année passée en période de rentrée scolaire ». L’organisation avait en ce temps-là effectué une enquête où elle a relevé « un système de corruption en vigueur dans les établissements scolaires publics du département du Mfoundi ».

Selon les éléments récoltés sur le terrain par les enquêteurs, les parents déboursaient entre 50 000Fcfa et 150 000 FCFA pour l’admission de leurs enfants dans les classes de 6ème, 3ème, 2nde et d’autres classes dans certains cas. L’occasion est donc donnée en cette veille de rentrée scolaire puisque « l’Acdic informe le public et particulièrement les proviseurs/directeurs véreux de son engagement dans cette lutte en dénonçant tous ces responsables d’établissements corrompus ». Car l’Association citoyenne pour la défense des intérêts collectifs compte utiliser « toutes les stratégies pour détecter et traquer ces proviseurs/Directeurs qui versent dans la corruption ».

Nkolmesseng et Essos en tête

Dans un tableau récapitulatif et disponible dans les archives, l’association citoyenne pour la défense des intérêts collectifs (Acdic) a produit un « classement des lycées les plus corrompus de Yaoundé pour l’entrée en 6ème » 15 établissements ont été répertoriés et classés en 3 groupes. Dans la grille des établissements où « le tchoko » plafonne les 150 000 FCFA se trouvent le lycée de Nkolmesseng et le lycée Bilingue d’Essos. Pour ce qui est du ventre-mou du hit-parade, l’on retrouve les lycées de Minkan, d’Odza, de Nsam Efoulan, de Nyom, de Nkolondom , d’Emana ainsi que les lycées bilingue d’Anguissa, lycée bilingue d’application, lycée technique Charles Atangana, Cetif de Ngoa Ekelle, etc. et la dernière cagnotte comporte le lycée bilingue de Mimboman et celui de Nkoleton. L’autre classement concernant l’entrée en 3ème ou en 2nde met plutôt en tête du peloton le lycée technique de Nkolbisson qui logé tout seul dans les 150 000 FCFA. Il est suivi dans le deuxième carré des 60 à 80 000 Fcfa des lycées d’Elig Essono, de Nkolmesseng, de Mballa 2, lycée bilingue d’Etoug-Ebe, lycée Bilingue d’Essos, lycée technique industriel et commercial.

La dernière catégorie des 50 000 Fcfa met en compétition 7 établissements que sont le lycée d’Emana, lycée de Nkolodom, lycée de Nyom, lycée de Tsinga, lycée bilingue d’application, lycée de Nsam-Efoulan et le lycée d’Ekorezok. Les équipes sont donc sur le terrain pour veiller à ce que les cas de corruption soient dénoncés ou perçus. L'information claire et nette. L’an dernier déjà Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, alors ministre des Enseignements Secondaires avait commis une équipe pour rencontrer les responsables de l’Acdic à la suite d’un rapport accablant ces établissements, l’engagement avait été pris pour que la question soit prise au sérieux, difficile de savoir si Nalova Lyongha a tenu compte du dossier laissé par son prédécesseur. C’est une affaire à suivre

30août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo