Camer.be
CAMEROUN :: Des fans de Lady Ponce en colère :: CAMEROON
CAMEROUN :: MUSIQUE
  • Le Messager : Rostand TCHAMI
  • vendredi 16 mars 2018 09:40:53
  • 4089

CAMEROUN :: Des fans de Lady Ponce en colère :: CAMEROON

Tête d’affiche du spectacle programmé sur le podium du festival de la Semaine de la femme en diamant (Sefedi) le 8 mars dernier, la promotrice de l’événement ne s’est finalement pas pointée. De quoi provoquer l’ire de ses nombreuses admiratrices qui avaient pourtant fait le déplacement.

Déçues et courroucées, les femmes l’ont été le 8 mars dernier à l’esplanade du stade omnisport de Yaoundé. Difficile pour elles d’avaler la pilule amère de l’absence de Lady Ponce sur scène. Surtout qu’elles ont bravé la forte pluie qui s’est abattue sur la ville après la parade du boulevard du 20 mai. Venues par centaines « secouer », « poncer », « s’enjailler » et faire la fête avec leur star préférée, c’est finalement avec colère et déception qu’elles ont regagné leurs pénates. Au guichet, c’est chacune qui voulait être la première à obtenir son ticket d’entrée au prix de 1000 Fcfa.

Aux environs de 19h, les femmes envahissent le site de l’événement paré aux couleurs des partenaires et autres sponsors du Sefedi. En attendant que le show ne démarre, elles occupent presque toutes les places assises dans les différents stands. En attendant l’arrivée des têtes d’affiche (Lady Ponce et X Maleya) de la soirée, c’est sur des musiques diffusées par les gérants de stands qu’elles se défoulent en « levant le coude ».

Lady Ponce preste ailleurs

Après plus de 4h, elles apprennent que Lady Ponce est plutôt en train de « mettre le feu » au Club Carossel, un cabaret situé au quartier Ekounou dans l’arrondissement de Yaoundé 4. De quoi ulcérer ces femmes qu’accompagnent certains hommes déjà pris dans l’euphorie du 08 mars. Entre jurons, insultes, coups de gueule et promesses de ne plus jamais y remettre les pieds, le public libère le site.

« Je suis arrivée ici à 19h sous la pluie avec mes soeurs et  mes collègues parce qu’on voulait occuper les premières places et suivre en live les prestations de Lady Ponce et Xmaleya mais nous sommes déjà à plus de minuit et aucune trace des deux ; nous allons seulement rentrer chez nous », fulmine Aissatou Manuéla, une des femmes déçues. Et d’ajouter « non seulement l’entrée est chère mais malgré cela, on ne nous fait même pas voir un artiste. Vraiment, Lady n’avait pas à nous mentir de la sorte ».

Une situation qui fait perdre les entrées économiques aux propriétaires des stands. « Aujourd’hui c’est la fête des femmes. On a passé une forte commande de boissons pour pouvoir les satisfaire mais voilà que toutes les femmes sont en train de rentrer chez elles et je n’ai pas encore effectué une vente importante, du coup, je vais en souffrir », déclare Roméo Tamo, propriétaire de stand.

16mars
Lire aussi dans la rubrique MUSIQUE
Vidéo