Camer.be
AFRIQUE :: GPAL 2017: Macaire Etty l'Ivoirien brise le signe indien avec “La geste de Brék铝 :: AFRICA
AFRIQUE :: SOCIETE
  • Correspondance : Palabre Intellectuelle
  • mardi 27 mars 2018 16:34:26
  • 5516

AFRIQUE :: GPAL 2017: Macaire Etty l'Ivoirien brise le signe indien avec “La geste de Brék铝 :: AFRICA

Le clap de fin pour la saison 5 des GPAL c’était hier à l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé. L’homme du match des GPAL 2017, pour ainsi dire, aura certainement été le romancier et dans ce cas précis le poète ivoirien Macaire Etty. L’on commençait à se demander si c’était vraiment une bonne idée de faire competir dans la même catégorie, les Belles-lettres notamment, le roman et la poésie. Dans les quatre premières éditions en tout cas, le roman s’est montré prépondérant, en occupant toujours la première place. Cela peut s’expliquer en ceci qu’un roman bien écrit, c’est non seulement une belle histoire, mais aussi, dans certains cas, de la poésie en prose. Et il aura fallu attendre la cinquième édition des Grands Prix des Associations Littéraires pour qu’enfin, grâce à la verve ensorcelante d’un certain fabuliste de Bréké, l’honneur des puristes soit redoré. Macaire Etty l’Ivoirien est donc le nouveau lauréat du Grand Prix des Belles-lettres des GPAL, et son désormais chef-d’oeuvre, “La geste de Bréké” est à n’en pas douter une fierté pour la poésie africaine, la poésie tout court. Cette victoire de Macaire Etty est d’autant plus un exploit qu’il y avait dans le dernier carré de la catégorie Belles-lettres des “maîtres” et des “maîtresses” de la plume. Yan Lianke, le virtuose chinois, dépositaire de l’écriture “mythoréaliste”, la “bestselleuse” française aux millions de livres vendus Anna Gavalda, la doyenne mexicaine Guadalupe Martinez Galindo, le très prometteur génie togolais Kadjangabalo Sekou, et enfin le très surprenant nouvelliste mexicain Vicente Delgado Carreto. L’on mesure… Macaire Etty succède à Eric Mendi, le lauréat de la dernière édition dans la catégorie Belles-lettres avec son livre Afane – Forêt Equatoriale.

Dans la catégorie Recherche, la langue espagnole s’arrache la première place du “pódium”, avec “Hispanoamérica: visión contemporánea”, un livre co-écrit par deux enseignants camerounais de la langue de Cervantes, les professeurs Ebénézer Billé et Georges Moukouti, et qui se penche sur l’évolution culturelle, sociale et politique de l’Amérique hispanique, avec ses plus de quatre cent millions d’hispanophones. La langue espagnole qui n’a été admise aux GPAL qu’à partir de l’édition de 2017, prouve ainsi de façon magistrale que désormais il faudra compter avec elle aux GPAL. Ebénézer Billé et Georges Moukouti succèdent à l’auteur Sénégalais Felwine Sarr, récompensé l’année dernière dans la catégrorie Rcherche pour son livre intitulé “Afrotopia”.

Le Grand Prix de la Mémoire lui a été décerné cette année à l’écrivain Africain-Américain William Edward Burghardt Du Bois, plus connu sous WEB DU BOIS. L’auteur, très favorable à un "back to roots" de la communauté noire étasunienne, est souvent reconnu comme un des précurseurs du courant littéraire de la négritude. Et il ne s’est pas contenté que de prêcher le retour aux sources, il a vécu en conformité avec sa philosophie : né en 1868 dans le Massachusetts aux Etats-Unis, WEB Du Bois a passé une bonne partie de sa vie au Ghana, où il est décédé tranquille, en paix avec lui-même et sa conscience, le 27 août 1963 à Accra. Il avait alors 95 ans.

L’Asso-Prize, prix honorifique, a été décerné à la Maison de la Culture Québec-Cameroun, en hommage à son dévouement pour la promotion du livre et du goût de la lecture. La Maison de la Culture Québec-Cameroun est située à Ebolowa, dans le Sud du Cameroun ; elle existe depuis 2001 et administre une bibliothèque de plusieurs milliers d’ouvrages, dont certains lui ont souvent été offerts par des donateurs très sérieux comme l’ambassade de France au Cameroun.

Le Grand Prix des Mécènes, ainsi qu’on l’avait déjà annoncé, a été décerné à Seydou Badian Kouyaté pour honorer sa production bibliographique dans son entièreté. Le prix de Seydou Badian a été remis a son fils Me Kouyaté Moctar Seydou, qui a fait le voyage de Bamako au Mali pour venir représenter son illustre père à la cérémonie des Awards des Grands Prix des Prix des Associations Littéraires 2017.

27mars
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo