LETTRE DE LA COMICODI AU MINISTRE DE LA JUSTICE SUR DES ACTES GRAVES IMPLIQUANT UN MAGISTRAT
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: LETTRE DE LA COMICODI AU MINISTRE DE LA JUSTICE SUR DES ACTES GRAVES IMPLIQUANT UN MAGISTRAT :: CAMEROON

Transmission d’une requête de demande d’intervention, mettant nommément en cause un haut magistrat

AGRESSIONS, MENACES, VOIES DE FAIT, PILLAGE EN BANDE DESTRUCTION DE BIENS, VOL AVEC EFFRACTION
 
Monsieur le Ministre d’Etat,

En vous renouvelant mes sincères compliments ainsi que mes encouragements de citoyen et surtout de patriote, je me fais un devoir pressant, de vous transmettre joint en annexe, aux fins d’enquêtes, une copie de la requête reçue d’un citoyen, et mettant nommément en cause un haut Magistrat de la Cour suprême du Cameroun.

Les faits qui se déclinent selon la qualification retenue en objet, sont d’une gravité qui nous laissent raisonnablement croire qu’aujourd’hui, le plus grand danger auquel fait face notre pays, n’est ni le fait de terroristes invisibles ou déclarés, ni le fait de voyous expatriés et promoteurs des discours de la haine, ni quelques petits agents publics corrompus plantés dans les services officiels. Le plus grand danger ce sont de très hautes personnalités, de très hauts fonctionnaires auteurs intellectuels et acteurs matériels de tribalisme, de divisions et de fractures de toutes natures, en simulant de soutenir le Président.

Tous nos efforts de dialogue et de réconciliation, de même que toute la stratégie de stabilisation et d’avancement de notre pays, déployées par le Chef de l’Etat, seraient réduits à néant, si dans le même temps des mesures effectives d’une exceptionnelle sévérité, ne sont pas prises pour neutraliser, décourager et stopper ces hauts commis de l’Etat. Certains entretiennent, et c’est le cas ici, des milices violentes, des hors la loi qui sapent les investissements en toute impunité.

Nos efforts pour la paix doivent concerner tout le monde, et les sanctions contre les fauteurs de troubles doivent également concerner tout le monde. Quand un haut fonctionnaire sème les prémices de la guerre civile, de la haine, du pillage en bande et la destruction des investissements, il ne travaille pas ou plus pour le Cameroun et pour notre vivre ensemble, il ne soutien pas et surtout pas le chef de l’Etat, il devient un vrai opposant, un danger, un terroriste en col blanc et à ciel ouvert. Ce cas interpelle avec pitié, désolation et inquiétudes. Il s’agit ici d’un investissement de cinq milliards (5.000.000.000). Fcfa.

Nous soutenons et défendons chaque fois que c’est nécessaire, légitime et légal, les droits ancestraux, les privilèges, prérogatives et exigences de le justice sociale et de partage, mais nous ne saurions soutenir ou défendre des délinquants, des actes brutaux de tribalisme, des crimes de génocide, de discrimination, de marginalisation et d’exclusion qui sapent finalement tout ce que le Chef de l’Etat appelle de tous ses vœux. Magistrat ou pas, diplômés ou pas, la loi c’est pour tout le monde. L’Etat doit agir conséquemment pour éviter que les citoyens excédés ne se découragent, se sentent délaissés et n’entreprennent de se rendre justice, ce qui mène toujours au pire et à l’incontrôlable./.

Dans l’attente, TRES HAUTES ET FRATERNELLES CONSIDERATIONS./.

Copie : PM ; SG/PR ; DGSN ; SED ; MINDE

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo