Destins croisés de deux apôtres de la non-violence: CHRISTIAN CARDINAL TUMI ET IBRAHIM MBOMO NJOYA
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Destins croisés de deux apôtres de la non-violence: CHRISTIAN CARDINAL TUMI ET IBRAHIM MBOMO NJOYA :: CAMEROON

VOICI LE TESTAMENT ELOQUENT AUX ACTEURS POLITIQUES, AUX LEADERS D’OPINION, AUX INTELLECTUELS ET AUX AGITATEURS DE LA VIOLENCE ET DE LA SESSESSION

« Mon fils, Shanda, deux plus deux font peut-être quatre en mathématiques, mais en pratique dans la vie, deux plus deux ne font pas toujours quatre. Il faut garder cette leçon pour la vie, et tu verras, les choses iront mieux chaque fois que tu chercheras des solutions, que tu voudras construire quelque chose, demander quelque chose, que tu voudras plaider pour quelqu’un, aider un proche, sauver une personne, quémander la paix, implorer le pardon, souhaiter la grâce ». Ibrahim Mbombo Njoya. FOUMBAN, 04 Novembre 2016.

« Je leur ai dit que même si je les comprends, ce n’est pas la bonne voie qu’ils sont choisi. Je leur ai demandé de déposer les armes, de sortir de la brousse, de regagner leur maison et de rentrer dans leurs familles ». Cardinal Christian TUMI, 2020, après sa libération par les bandes armées qui l’avaient pris en otage.

Que ceux qui recourent à la violence directement ou indirectement, que ceux qui inondent les médias à travers le monde d’informations tronquées sur « le Cameroon qui va imploser », sachent lire, apprendre et comprendre à partir du testament que nous lègue ces deux apôtres de la non-violence aux destins croisés. Personne ne viendra ni de Paris, ni de Washington, ni de Dakar, Londres ou Moscou, pour nous enseigner les vertus de la tolérance, du dialogue, de la réconciliation, du pardon et de la paix. Chaque peuple dispose en ses entrailles, par ses coutumes et ses traditions, ses sages et ses porteurs des valeurs, des ressources et des intelligences nécessaires, pour se construire, soigner ses blessures, s’apaiser, se rassembler et avancer ensemble.

Le Cameroun sera ce que nous voudrons qu’il soit, qu’il reste et qu’il demeure, et non ce que certains seront allés concocter ailleurs. Puisse les excités, les assoiffés de pouvoirs et de privilèges, attendre la sentence du destin divin qui seule, décide de la naissance et de la mort des humains, de leur élévation et de leur déchéance. Tout comme le Cardinal et tout comme le Sultan, les autres, les aînés, les patriarches, parents et grands-parents, suivront le chemin, et ce sera la volonté de Dieu, et non la volonté des promoteurs de la guerre, des fractures et de la haine. A trop vouloir bousculer le destin des autres, vous tomberez dans des fosses et regretterez./.

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo