DES PARENTS D’ÉLÈVES PORTENT PLAINTE POUR INCANTATIONS ET PRATIQUES DE SORCELLERIE
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: DES PARENTS D’ÉLÈVES PORTENT PLAINTE POUR INCANTATIONS ET PRATIQUES DE SORCELLERIE :: CAMEROON

Des parents d’élèves d’une école privée située à pk9 à Douala ont porté plainte contre l’établissement scolaire l’accusant de pratiques obscures.

C’est une histoire rocambolesque qui fait l’objet de débat dans les environs de cette école dénommée « Les petits mignons ». La peur règne même si les enfants continuent de prendre des enseignements dans cette école. L’affaire a été portée au commissariat du 11ème suite à une pétition signée par une vingtaine de parents d’élèves.

En effet, il a été rapporté aux parents que le lundi 20 septembre, les enfants ont retrouvé dans leur salle de classe du jujube, des herbes et même des plumes d’oiseaux dispersés çà et là. Au retour des classes, certains ont fait le rapport à leur parent. C’est ainsi que l’un d’entre ces derniers alerte dans le groupe WhatsApp de l’établissement animé par les parents et le corps enseignant.

« C’est dans le groupe des parents d’élèves que je suis un parent lancer un Voice pour alerter les autres. Mon enfant revient le soir et je lui demande, il dit qu’on avait versé les condiments avec les herbes dans leur salle de classe. Le lendemain je vais à l’école et trouve un autre parent qui me donne le même rapport. Et nous allons tous voir le directeur. Il dit qu’ils ont versé le sel c’était pour purifier l’école. Mais je trouve irraisonnable parce qu’on ne peut pas verser le sel samedi et jusqu’à lundi on trouve le même sel », indique Jeanne parent d’élève. Nous l’avons rencontré ce jeudi au commissariat du 11ème avec d’autres parents.

Les éclats de voix vont s’élever et le chef de l’établissement avec le concours d’un parent fait appel à celui qui est l’auteur de cette pratique. Une fois devant les parents, le sieur Kamga qui serait l’un des administrateurs de cet établissement va répéter les mots du directeur selon lesquels, il s’agit juste du sel pour purifier l’école et protéger les enfants. Un argument que les parents trouvent inconcevable.

« L’école a été « fétichée » samedi. Mais jusqu’à lundi les enfants ont trouvé des trucs versés dans les salles de classe. Certains parents même ont trouvé ces choses étranges dans les couloirs de l’école, mais ils ne se sont pas intéressés. L’enfant dit que dans sa salle de classe, on a trouvé des plumes d’oiseaux, des herbes qu’il a appelé des condiments. Il y avait un oiseau de couleur jaune au niveau de la fenêtre et un banc derrière bien chargé qu’aucun enfant n’a voulu s’y asseoir », affirme un autre parent qui a requis l’anonymat. Il dit être en danger pour avoir dénoncé.

Ce parent trouve qu’il est inadmissible que le responsable de l’établissement pose un tel acte sans leur consentement.

« L’école est un lieu public. Ce n’est pas tout le monde qui fait les pratiques quel que soit le but. Je lui ai dit qu’ils ne peuvent pas faire des choses pareilles, sans l’avis des parents. Où a défaut, ils le font mais nettoient de tel enseigne que les enfants ne voient pas. Mais il a commencé à hausser le ton. Quand je lui dis que je vais lui porter plainte, il nous crie dessus, avec un insolence terrible », déplore le parent.

C’est donc ainsi que les bruits attirent l’attention des uns et des autres. La scène devient incontrôlable et les parents font appel au chef du quartier. Ce dernier leur demande de signer une pétition pour faire interpeller les responsables de cette pratique. Les éléments du commissariat du 11eme vont donc descendre sur le terrain et Interpeller cet homme.

Le décès de l’époux de la fondatrice de cette école au lendemain de cette découverte aiguise les soupçons

« Les voies de Dieu sont insondables », lance un patriarche du quartier. Selon lui, sa mort remplace celle d’un enfant qu’ils auraient pu prendre dans la sorcellerie dit-il.

« Il y a eu des pratiques mystiques à l’école. C’est très dangereux. Ce qu’ils ont fait à la Cité sic à l’école Baudouin qui leur appartient également, vous ne pouvez pas croire. C’est terrible. Ici à petits mignons, c’est la première fois, mais à Baudoin, on a vécu des scènes macabres », déclare le septuagénaire.

Il y a eu pratique mais…

Jointe au téléphone, dame Pembi Rose épouse Mouniema, la petite sœur de la fondatrice, dit qu’il s’agit de pratiques habituelles de purification. Un mélange de sel et de jujube aspergé dans les salles de classe pour bénir les lieux. Elle pense que si l’administrateur auteur de cette pratique avait su calmer les parents, ils n’en seraient pas arrivés là.

« Quand les parents font ce constat, au lieu que le responsable leur explique cela posément, il a voulu faire la force. C’est ainsi que les parents vont s’énerver. Il n’a pas su calmer les parents jusqu’à ce que la police arrive », nous renseigne la dame. Et d’ajouter, « Ce n’est pas une question de sorcellerie. C’est une coutume, une bénédiction et j’ai appelé les enseignants pour leur dire que si vous trouvez du sel, balayez simplement. Parce qu’il n’y a rien de mauvais ».

Pour l’heure les enfants continuent de se rendre à l’école et l’enquête suit son cours au commissariat du 11ème situé dans l’arrondissement de Douala 3.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo