L’horreur s’est installée sur la route
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: L’horreur s’est installée sur la route :: CAMEROON

On n’a pas fini de pleurer morts de Ndikiniméki. Un autre accident vient de se produire dans la falaise de Dschang. Plusieurs décès enregistrés. Cette autre hécatombe vient noircir davantage le tableau très sombre des accidents sur nos routes.

Le rituel est connu en pareille circonstance. Le président de la République a adressé un message de condoléances aux familles endeuillées.  Un télégramme a été adressé au gouverneur de la région de l’ouest sur ce  grave accident au bilan élevé intervenu sur la falaise de Dschang. Condoléances aux familles et prompt rétablissement pour les blessés. Le gouverneur est descendu sur le terrain pour faire état de 53 morts et 29 blessés.

L’horreur s’est définitivement installée sur nos routes. Cette fois, c’est sur  l’axe Dschang-Santchou. Ce que Cameroon Tribune qualifie d’«Horreur sur la route». 53 personnes mortes calcinés hier matin et 29 blessés en situation critique. C’est le lourd bilan d’une collision spectaculaire survenue à la falaise de Santchou, entre un bus gros porteur et un camion transportant du carburant frelaté. Le choc violent a provoqué un incendie qui n’a pas laissé beaucoup de chances aux victimes. Et le président de la République, dans un message transmis hier au gouverneur de l’Ouest, a adressé ses condoléances aux familles endeuillées, instruit la prise en charge adéquate des familles des victimes et des blessés, et assuré les populations d’une gestion appropriée de ce drame.

Face à cet horreur de plus, le journal Réalités Plus s’insurge Un mois de 150 morts sur nos routes: «Monsieur le ministre des Transports que faites-vous assis au bureau? Agissez!». L’heure est grave! Le ministre des Transports Jean Ernest Massena Ngallé Bibehe doit déployer ses équipes permanentes de contrôle de la circulation sur le Triangle de la mort Yaoundé-Douala-Nkongsamba-Bafang-Dschang-Bafoussam -Yaoundé. Plus de 150 morts enregistrés en un seul mois sur les routes camerounaises. S’il est impossible d’interdire les voyages de nuit devenus une tradition, il est urgent de l’organiser. Le ministre des Transports doit se réveiller et oublier son bureau pour être sur le terrain. Le Cameroun va de deuil en deuil à cause des négligences du ministère des Transports.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo