CAMAIR-CO : Les protégés du Sgpr et du Dcc aux commandes
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: CAMAIR-CO : Les protégés du Sgpr et du Dcc aux commandes :: CAMEROON

Un conseil d’administration extraordinaire tenu le 7 janvier dernier, a vu l’arrivée d’un nouvel équipage à la tête de la Camair-Co.

La compagnie nationale aérienne, est un gouffre à sous. Les multiples recapitalisations de l’Etat ont jusque-là réussi à mettre ce malade en agonie sous perfusion. Jusqu’à quand ? Huit (08) Dg en douze (12) ans. Excusez du peu ! Un personnel pléthorique, des recrutements fantaisistes et des salaires faramineux, l’absence d’une flotte digne de ce nom, toutes choses qui contraignent la Camair-Co à des opérations de leasing, avec leur cortège de surfacturations et de faux en écriture. 

On a défié toutes les logiques élémentaires de management, lorsqu’Ernest Dikoum est limogé pour être remplacé par le Pca, Njipendi Kouotou. Un attelage tiré sur les cheveux qui n’aura pas réussi à faire redécoller la Camair-Co. Après l’épisode surréaliste d’un Premier ministre en la personne de Yang Philémon, nommé Pca avec pour tutelle son ministre des Transports, on a frôlé le comble du ridicule avec toutes ces incongruités. Que peut le nouvel équipage aux commandes de la Camair-Co depuis le 7 janvier dernier ? 

Colonel de l’armée de l’air, en service à l’Etat-major particulier de la présidence de la République, Jean Christophe Ela Nguema, justifie de compétence en matière d’aviation. Cet originaire de la Vallée du Ntem, présenté comme un protégé de Samuel Mvondo Ayolo, ne dispose cependant d’aucun état de service en matière de management des entreprises. Sa rigueur militaire suffira-telle à sauver ce malade en agonie ? Que dire du Dga, Alexandre Fochive et du Pca Mauger Ayem? Si le choix du Dga procède des logiques d’équilibre numérique et ethnique, le choix du Pca quant à lui, relève des batailles sourdes, mais violentes au sommet de l’Etat, dans le positionnement des obligés de deux grosses légumes : le Sgpr et le Dcc. 

Conseiller économique au secrétariat général de la présidence de la République, le Pca a été proposé à ce poste par le vice dieu. Le chef de l’Etat a décidé de couper la poire en deux en renvoyant dos à dos, le Dcc et le Sgpr. Le conseil d’administration du 7 janvier dernier, a prescrit un plan de relance adossé sur un modèle économique qui ouvre le capital de la Camair-Co à des investisseurs privés. C’est un choix pertinent, mais qui ne saurait être efficace sans l’acquisition d’une flotte à même de dessiner l’embellie tant espérée. Face au diktat de compagnies plus aguerries sur le trafic international, la Camair-Co pourrait dans un premier temps, se concentrer sur la desserte intérieure. La Camair-Co est confrontée à des défis de compétitivité. Nul doute que le nouveau top management n’aura pas d’état de grâce, tant les défis sont énormes.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo