World news CAMEROUN :: Lycée Général Leclerc : Les marchés « noirs » d’André Fouda :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Lycée Général Leclerc : Les marchés « noirs » d’André Fouda :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Repères : Christelle BELIBI
  • mercredi 28 octobre 2020 00:00:00
  • 1956

World news CAMEROUN :: Lycée Général Leclerc : Les marchés « noirs » d’André Fouda :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Le proviseur de cet établissement basé à Yaoundé a instauré un vrai comptoir commercial. Des mesures récentes vont du renouvellement de l’écusson, à l’achat au sein de l’établissement de la tenue de sport en passant par le paiement d’un pull-over et le versement d’une somme de 25000 FCFA représentant les frais d’APE. Les parents d’élèves trinquent.

André Fouda a à peine un an de provisorat au Lycée général Leclerc. Mais le changement se fait déjà ressentir dans le fonctionnement de l’établissement. Dans le bon ou mauvais sens ? De toutes les manières élèves comme parents apprécient très peu les nouvelles mesures instaurées cette année scolaire 2020-2021. Depuis le 5 octobre, les élèves sont soumis à l’achat d’un nouvel écusson au prix unique de 1000 FCFA, soit le double de ce qui était exigé avant l’arrivée du proviseur, nommé le 03 septembre 2019 par arrêté ministériel.

Objet de tous les commentaires, car on ne sait où va cet argent « Le lycée général Leclerc regorge des milliers d’élèves et tous sont astreints de renouveler leurs écussons. Voyezvous- même ce que cela rapporte au proviseur de l’établissement » s’offusque un parent ». Des sources proches de l’établissement parlent en effet d’un effectif de 13000 élèves désormais astreints au paiement d’un nouvel écusson. Ce qui renflouerait les caisses de l’établissement à hauteur de 13 millions de FCFA.

Au portail, cette petite étoffe aux couleurs fanées (bleu, gris) fait l’objet d’un contrôle systématique et minutieux par les surveillants généraux. Ne peuvent entrer que des élèves ayant ce nouvel écusson « Si vous n’avez pas d’écusson, mettez-vous de côté. Sinon allez acheter et revenez ! », lance un surveillant à l’entrée de l’établissement. Faute d’argent, beaucoup d’élèves perdent leur journée de cours, pourtant au premier jour de rentrée (5 octobre 2020), André Fouda, le chef de l’établissement a demandé à tous ses « poulains » d’être assidus en classe, l’école étant en mode mi-temps, le temps imparti à l’apprentissage est court. Vous devez courir après le temps et apprendre vos leçons à la maison pendant la période libre » a-t-il martelé.

Pour l’heure, nul ne sait quel sérigraphe a gagné le marché, pour quelles quantités et à quel montant. Ni même celui qui collecte l’argent versé par chaque élève. Aucun responsable d’établissement n’a souhaité répondre à nos sollicitations. Encore moins le proviseur que nous avons, à plusieurs reprises, essayé de joindre au téléphone. Le nouvel homme fort du lycée Général Leclerc est resté muet comme une carpe face à nos multiples tentatives.

«Nous ne savons pas exactement ce que le proviseur reproche à l’ancien écusson. Il est plus beau et original. Par contre, le premier se délave à la première lessive » regrette un élève rencontré dans la cour du lycée général Leclerc. Un jeune bachelier venu accompagner son cadet, ajoute « Jamais on a vu pareille arnaque au Lycée, où j’ai fait tout mon cycle secondaire ».

Autre réforme, c’est l’achat au sein de l’établissement des tenues de sport. Les prix varient selon qu’on est au 1er ou au 2nd cycle. Pour les élèves de 6ème en 3ème la tenue coûte 5000 FCFA, et de la 2nde en terminale elle revient à 6500 FCFA. «Les tenues de sport se vendent uniquement dans le bureau du proviseur», confie un professeur d’EPS sous le sceau de l’anonymat.

« On nous presse déjà par rapport à ça. Dès le 20 octobre, celui qui n’a pas sa tenue sera puni», a confié un élève de 6ème. En effet, apprend-on de sources proches de l’établissement, les professeurs d’Education physique dressent la liste à mesure que les élèves versent de l’argent.

« Quand toute la classe aura donné son argent, nous acheminerons la liste chez le proviseur pour livraison », dit-on. Là encore, aucune traçabilité n’est faite. Aucun reçu n’est délivré. Où va finalement l’argent ?

28oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo