World news CAMEROUN :: Fichier solde et pensions de l’Etat : Les premiers effets de l’assainissement :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
World news CAMEROUN :: Fichier solde et pensions de l’Etat : Les premiers effets de l’assainissement :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU
 
CAMEROUN :: SOCIETE CAMEROUN :: Fichier solde et pensions de l?Etat : Les premiers effets de l?assainissement :: CAMEROON
  • Cameroon Tribune : Aïcha NSANGOU N.
  • mardi 04 août 2020 13:09:00
  • 1143

World news CAMEROUN :: Fichier solde et pensions de l’Etat : Les premiers effets de l’assainissement :: CAMEROON CAMEROUN INFO - CAMEROUN ACTU

Les nombreuses initiatives menées depuis 2018 notamment permettent à l’Etat de réaliser des économies sur la masse salariale. Déjà près de 40 milliards épargnés par an.

Hier encore, il était difficile d’avoir un interlocuteur au ministère des Finances pour faire le point des nombreuses opérations menées dans le sens d’assainir le fichier solde et pensions de l’Etat depuis fin 2018. Pas que rien n’est fait, mais les responsables qui y sont engagés préfèrent travailler dans l’ombre. D’ailleurs, c’est à la faveur d’un constat fait par les personnels de santé sur leurs bulletins de paie que l’opinion a été informée des premiers résultats de cette phase d’assainissement au ministère de la Santé (Minsanté).

La suppression de la prime de technicité payée doublement à certains personnels de santé. Une irrégularité qui a conduit à verser indument cette prime de 2400 F pendant 18 ans à 4490 personnels fonctionnaires de la santé publique. L’incidence financière y afférente est de l’ordre d’environ 2,5 milliards F. Ce résultat est le plus récent du processus d’assainissement du fichier de l’Etat qui a connu une vitesse de croisière depuis 2018 à travers diverses phases.

« Pour le gouvernement, il s’agit d’un pas supplémentaire sur la voie de l’assainissement du fichier solde de l’Etat qui se poursuivra avec la même intensité. Il convient de signaler que le Comité interministériel d’assainissement siège mensuellement. Au-delà des cas de fraude et d’irrégularités diverses qu’il est appelé à traquer, ce comité s’évertue également à maintenir à un niveau raisonnable, le plafond mensuel de la masse salariale de l’Etat », peut-on lire dans une note publiée vendredi dernier par le ministère des Finances.

Comptage physique : plus de 35 milliards de F d’économie

C’est aussi à la faveur de cette note destinée aux médias que l’on rappelle que le comptage physique des personnels de l’Etat (Coppe), première d’une série d’opérations, a permis dans sa première phase d’engranger une économie budgétaire de plus de 35 milliards de F par an. Cette opération lancée en avril 2018 avait pour but d’éliminer du fichier des agents publics ceux qui n’ont pas le droit d’y être, au moment où la masse salariale était de 945 milliards de F par an.

Virements individualisés des salaires : ça se poursuit

Des données diffusées récemment par la direction générale du Trésor faisaient aussi le point de l’opération de virements individualisés des salaires à travers l’application baptisée SYSTAC (système de télécompensation en Afrique centrale). C’est cette opération qui avait suivi la phase pratique du Coppe. Le premier bilan de cette opération lancée en fin août 2019, quelques mois plus tard, avait permis de relever certaines anomalies. Sur les 412 401 personnels inscrits au fichier solde de l’Etat, seuls 410 625 étaient entrés en possession de leurs salaires ou pensions à la fin du mois de mise en œuvre de cette opération. On enregistrait alors 239 cas de virements non conformes, 1524 rejets ayant conduit à des retours de fonds au Trésor public. Parmi ces rejets, on compte 1000 cas de décédés et 50 cas ayant fait l’objet de réclamation et de régularisation. L’économie ici était de plus de 200 millions de F par mois soit 2 milliards sur l’année.

Dématérialisation des bons de caisse : des données à consolider

La dématérialisation des bons de caisse lancée en octobre 2019 et une autre opération à mettre au profit de l’économie nationale. 146000 agents étaient concernés et devaient ainsi passer au numérique. Autrement dit avec la dématérialisation, les agents publics concernés ne présentent plus aucun support et uniquement sur la base de données biométriques contenues dans le système d’information, ils sont payés. Pour ce volet du processus d’assainissement, aucun bilan n’a encore été rendu public, mais selon des indiscrétions, des données sont en train d’être consolidées avant publication.

04août
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo