CAMEROUN :: Crise sanitaire : Faut-il stopper les dépenses du 20 mai ? :: CAMEROON
CAMEROUN :: Crise sanitaire : Faut-il stopper les dépenses du 20 mai ? :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Le Jour : Claude Tadjon
  • mardi 07 avril 2020 09:13:00
  • 1611

CAMEROUN :: Crise sanitaire : Faut-il stopper les dépenses du 20 mai ? :: CAMEROON

Questions sur la suppression des préparatifs onéreux de l’édition 2020 de la fête nationale dans un contexte de pandémie et de rareté de ressources publiques. Réactions des leaders politiques.

44jours avant la date de la commémoration de la fête nationale de l'Unité, alors que les chiffres de la pandémie du coronavirus au Cameroun s'envolent avec 658 cas officiellement déclarés positifs et 9 décès enregistrés, faut-il envisager de donner un coup d'arrêt aux dépenses des préparatifs de cet évènement à forte charge symbolique ?

Jean Tsomelou, secrétaire général du Social Democratic Front (SDF) pense qu'il y a plus urgent en ce moment, qu'il faut se concentrer sur la lutte contre le covid-19 : "Tout ce qui a été alloué à la célébration de la fête de l’Unité doit être consacré à sauver des vies des citoyens camerounais qui sont dans le stress ne sachant pas ce que demain leur réserve", plaide l'ancien sénateur élu du département des Bamboutos dans la région de l'Ouest.

Evidence aussi pour Jean Simon Ongola, ancien député élu Rdpc dans la circonscription électorale du Mfoundi qui penche en faveur de l'urgence sanitaire "Je milite pour la suppression des cérémonies commémoratives de l’édition 2020 de la fête nationale, cette position n’ est d’ailleurs pas originale au vu du nombre d'évènements supprimés ou différés dans le monde, car face à cette pandémie effroyable nous n’avons pas de choix ou de risques à prendre", prévient l'ancien rapporteur de la commission des affaires économiques à l'Assemblée nationale.

"Dans les circonstances exceptionnelles que nous vivons avec le Covid 19, ajoute Jean Simon Ongola, il me semble judicieux et opportun de suspendre les dépenses qui ne sont pas encore effectuées et canaliser ces ressources dans la lutte contre la pandémie.

Commandes

Jean-Baptiste Atemengue, le tout nouveau maire Rdpc de Ngoumou dans la région du Centre n'écarte pas l'hypothèse ultime, l'élu ne doute pas que "les festivités du 20 mai seront hypothéquées si ce virus se propage davantage." Les préparatifs de la fête nationale du 20 mai sont réputés onéreux. D'après les informations du Jour, les commandes des plus gros postes de dépenses relativement à cet évènement majeur sont passées pour certaines depuis le mois de janvier. Une source proche des préparatifs de la fête du 20 mai confie néanmoins que les premières réunions des préparatifs se tiennent généralement début mai avec dans la foulée la constitution des différentes commissions et l'affection des ressources.

Mais l'urgence est incontestablement ailleurs, à la mobilisation des moyens pour la riposte efficace à la propagation de la pandémie du coronavirus. Le chef de l’État, Paul Biya, vient de prescrire à son gouvernement le lancement d’un fonds de solidarité aussitôt doté d’une enveloppe initiale d’un milliard de FCFA. Des opérateurs économiques en activité dans le pays avaient déjà entrepris de soutenir financièrement le gouvernement camerounais, dans son plan de riposte contre le Covid-19 : le producteur d’huiles raffinées et de savons de ménage SRC Maya a remis au ministre de la Santé publique 150 millions de FCFA, le métallurgiste français Prometal a fait un chèque de 100 millions au gouvernement, le groupe bancaire UBA et le milliardaire Baba Dan Pullo qui ont remis respectivement des chèques de 150 et 100 millions de FCFA. Congelcam s'est illustré aussi dans cet élan de solidarité avec une enveloppe de 200 millions FCFA.

Camerounais stressés

Par ailleurs, dans un contexte de rareté de ressources publiques, le Cameroun veut lever dès demain mercredi 220 milliards FCFA d’obligations du Trésor assimilables. Selon le ministère des Finances (Minfi), initiateur de cette opération, les projets visés par cette mobilisation de fonds sont relatifs à l’amélioration des conditions de vie des populations sur l’ensemble des 10 régions du pays: 73,5 milliards de Fcfa dans le domaine du sport ; 63,2 milliards pour l’aménagement et la réhabilitation des routes et 45 milliards pour les infrastructures et équipements sanitaires.

Concrètement, 10 milliards pour les équipements medico-sanitaires, 20 milliards pour le Fonds mondial et programmes grandes endémies, et 15 milliards pour les autres infrastructures. Dans un contexte où les Camerounais stressés réclament des équipements de protection individuelle contre la pandémie du coronavirus notamment des masques, et dans un contexte où les capacités d'accueil en réanimation dans les centres de prise en charge des malades du Covid-19 sont largement insuffisantes, comment poursuivre sereinement des dépenses somptueuses des préparatifs de la fête nationale de l'Unité ?

07avril
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo