CÔTE D'IVOIRE :: Côte d'Ivoire : un responsable régional va être jugé pour détention illégale de munitions :: COTE D'IVOIRE
CÔTE D'IVOIRE :: Côte d'Ivoire : un responsable régional va être jugé pour détention illégale de munitions :: COTE D'IVOIRE
 
CÔTE D'IVOIRE :: SOCIETE
  • AFP : Avec
  • mardi 01 octobre 2019 12:28:00
  • 1390

CÔTE D'IVOIRE :: Côte d'Ivoire : un responsable régional va être jugé pour détention illégale de munitions :: COTE D'IVOIRE

Le président du conseil régional du Gbêkê (centre de la Côte d’Ivoire), Jacques Mangoua, en garde à vue depuis samedi après la découverte de munitions à son domicile, sera jugé jeudi pour détention illégale de munitions, a annoncé lundi le procureur de Bouaké.

“C’est de la détention illégale de munitions de guerre. Il sera jugé en correctionnelle le plus vite possible : jeudi”, a déclaré Braman Koné, précisant qu’il risque jusqu‘à 10 ans de prison.

M. Mangoua est l’un des vice-présidents du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), ancien partenaire de la coalition au pouvoir devenu le principal parti d’opposition.

Selon le procureur, “le samedi 21 septembre 2019, il a été découvert à la résidence de M. Mangoua Jacques, président du conseil régional de Gbêkê sis à N’Guessankro, (60 km à l’ouest de Bouaké) 991 munitions de guerre de 7,62 mm; 49 munitions de fusils de type calibre 12 et 40 nouvelles machettes”.

“Complot”

Des violences intercommunautaires avaient fait une dizaine de morts en mai à Béoumi, village voisin de N’Guessankro. Le procureur y a fait référence lors de sa conférence de presse : “au cours de l’enquête relative à la crise de Béoumi, nous avions procédé à des perquisitions aux fins de retrouver des armes et munitions, sans succès. La découverte d’un tel arsenal donne lieu à interrogation”.

L’entourage de Jacques Mangoua crie au “complot”, “c’est le président lui-même qui a averti la gendarmerie”, avait assuré samedi à l’AFP Moïse Amani, chargé de mission auprès de M. Mangoua. “Il a averti le chef du village, qui a averti le président, et ils ont appelé la gendarmerie. Les gendarmes ont fait le constat et ont même trouvé des traces d’effraction sur une clôture”.

01oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo