Rentré scolaire 2019 : Dos au mur, le gouvernement fait pression sur les parents d’élèves
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Rentré scolaire 2019 : Dos au mur, le gouvernement fait pression sur les parents d’élèves :: CAMEROON

Au cours d’une conférence de presse conjointe, lundi dernier, le ministre de la Communication et ses collègues en charge de l’Education ont rassuré sur les mesures prises pour garantir la sécurité.

La reprise des classes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NoSo) sera-t-elle effective dès le 02 septembre prochain? La question est au menu de la conférence de presse tenue le 26 août dans la salle auditorium du ministère de la Communication (Mincom). « A quelques jours de ces échéances majeures, tout est mis en oeuvre d’abord au plan sécuritaire, pour garantir le bon déroulement de la rentrée et l’année scolaires, mais aussi s’agissant des préparatifs d’ordre administratif et technique », rassure René Emmanuel Sadi, ministre de la Communication.

Pour la circonstance, le Mincom est assisté du ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo ; du ministre de l’Education de base (Minedub), Laurent Serge Etoundi Ngoa ; de son secrétaire d’Etat, Kilo Vivian Asheri ; du secrétaire d’Etat auprès du ministre des Enseignements secondaires, chargé de l’enseignement normal, Boniface Bayaola. Au sujet des mesures prises par le gouvernement dans l’optique de garantir la sécurité dans le NoSo, René Emmanuel Sadi ne s’est pas montré prolixe. « Les forces de défense et de sécurité ont été mobilisées pour assurer la sécurité en vue de la reprise effective des classes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », assure-t-il lors de la séance des questions-réponses.

Le ministre de l’Education de base relève pour sa part, les actions menées aussi bien sur le volet didactique qu’infrastructurel. « 354 millions Fcfa ont été débloqués pour le paquet minimum au bénéfice des établissements scolaires dans le Nord-Ouest. Dans le Sud-Ouest, le financement s’élève à 253 millions Fcfa. Pour la construction des salles de classe, nous avons déboursé un montant de 982 millions Fcfa dans la Nord-Ouest et 712 millions Fcfa dans la Sud- Ouest. A l’attention des établissements scolaires privés, nous avons investi à hauteur de 855 millions Fcfa. » Le portail des camerounais de Belgique. Le gouvernement dénonce l’atteinte du droit à l’éducation, prenant ainsi pour référence les points 17et 18 du préambule de la Constitution du Cameroun. Ces points disposent que « L’Etat assure à l’enfant le droit à l’instruction. L’enseignement primaire est obligatoire. L’organisation et le contrôle de l’enseignement à tous les degrés ont des devoirs impérieux de l’Etat. »

Ainsi, l’ordre gouvernant encourage les parents d’élèves à autoriser leurs enfants à retrouver le chemin des classes. « …Comme je l’ai dit, dans un village très éloigné des centres urbains où les enfants vont paisiblement à l’école et où même les terroristes ont du mal à atteindre la zone parce qu’elle est éloignée, je ne comprends pas pourquoi les enfants n’iraient pas à l’école. Nous avons bon espoir que les parents ne vont pas continuer de succomber à la peur même là où il y a déjà une protection assurée », le Minedub. La crise sociopolitique dans le NoSo a favorisé de nombreux déplacements. « Dans l’Adamaoua, nous avons 416 répertoriés aujourd’hui. Cela pourra augmenter demain. Dans le Centre, nous sommes à 9842 (chiffres récents de nos inspections). A l’Est nous avons 1601, dans le Littoral 15446. Dans le Nord 7837. A l’Ouest, 12840. Et dans le Sud 318. Cela fait en tout 48300 », expose celui qui est par ailleurs président national de L’organisation des Nations Unies pour la science, la culture (Unesco).

Quoi qu’il en soit, le gouvernement maintien mordicus l’idée de la reprise des classes sur l’ensemble du territoire national à partir du 02 septembre pour l’Education de base et les Enseignements secondaires.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo