Camer.be
CAMEROUN :: Assemblée nationale : Traitement humain des immigrées du Proche-Orient :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Le Jour : Jean-Philippe Nguemeta
  • vendredi 16 novembre 2018 00:22:00
  • 750

CAMEROUN :: Assemblée nationale : Traitement humain des immigrées du Proche-Orient :: CAMEROON

Les députés du Sdf l’ont indiqué au cours de la discussion relative à l’amendement de la charte de l’Organisation de la conférence islamique.

Plusieurs membres du gouvernement étaient à l’Assemblée nationale le 13 novembre 2018 au cours de la plénière consacrée à l’adoption de trois projets de lois. C’est surtout le projet de loi N° 1034/P/J/AN autorisant le président de la République à ratifier les amendements de la charte de l’Organisation de la conférence islamique (Oci) dont l’objectif est de renforcer la solidarité islamique, d’éliminer la discrimination sociale et le colonialisme sous toutes ses formes. Sur un tout autre plan, cette organisation ambitionne de créer un marché commun islamique à terme, de protéger et défendre la véritable image de l’islam et de mettre sur pied un cadre de dialogue interreligieux et inter-civilisationnel.

Au cours de la discussion générale, les députés du Social Democratic Front (Sdf) se sont, pour l’essentiel, opposés à l’amendement dudit projet. L’honorable Aoudou Baya a exprimé ses inquiétudes à propos de la situation des Camerounais qui souffrent dans certains pays islamiques. Il a interpellé M. Adoum Gargoum, le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé des relations avec le monde islamique, sur les actions menées par le gouvernement pour stopper cette situation critique. Pour lui, l’aspect financier n’est pas l’important dans une coopération.

Le député Paul Nji Tumasang voulut savoir si ce projet est à même de renforcer l’interaction entre les pays islamiques et le Cameroun. « Comment pouvons- nous laisser nos compatriotes souffrir de la sorte ? Cette loi n’a aucune importance au vu des souffrances de nos compatriotes. Nous ne devons pas voter ce texte car ces gens tuent nos enfants. Nous ne sommes pas des esclaves ; ce n’est pas une question d’argent à gagner par notre pays », a-t-il affirmé. Le portail de la diaspora camerounaise de Belgique. A ses yeux, les Camerounais et Africains doivent être respectés. « Le véritable problème est que le sang est précieux. La finalité de la civilisation, c’est que les gens se sentent bien. Ce n’est pas l’argent », a-t-il précisé. L’honorable Njong Evaristus Ndim du Nord-Ouest a pour sa part insisté sur la nécessité pour le gouvernement camerounais de prendre des dispositions au niveau des réseaux sociaux.

« Nous comprenons que nous profitons assez du monde islamique mais face à ceux qui torturent nos enfants, les sanctions devraient être prises à l’égard de ces pays », a-t-il martelé. Il en a été de même pour l’honorable Joseph Mbah Ndam. En réaction, Adoum Gargoum a signalé que les déplacements de nos compatriotes dans ces pays arabes sont d’abord organisés par des Camerounais. Il soutient que les filles qui vont dans ces pays passent à travers des réseaux officiels.

« Il y a des complicités. Il faut décourager les jeunes d’aller à l’aventure. Ce qui se passe dans ces pays n’a rien à voir avec l’Oci. L’objectif de cette organisation, c’est de lutter contre la pauvreté mieux de traiter l’humain. Je crois qu’il faudrait plutôt encourager cette organisation. Son premier investissement a été fait au Cameroun et nous avons engrangé à ce jour plus de 600 milliards de F.Cfa », a-t-il poursuivi.

16nov.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo