Soudan:  Nette amélioration des conditions en matière de sécurité des déplacés internes au Darfour :: SUDAN
Soudan:  Nette amélioration des conditions en matière de sécurité des déplacés internes au Darfour :: SUDAN
 
SOUDAN :: SOCIETE
  • Pour Camer.be : Guy Nfondop avec ADV news
  • mercredi 03 octobre 2018 12:36:00
  • 2273

Soudan: Nette amélioration des conditions en matière de sécurité des déplacés internes au Darfour :: SUDAN

Selon une étude du Croissant-Rouge soudanais, avec l’assistance du Bureau central des statistiques du Soudan, la sécurité dans les camps du Darfour a connu une grande amélioration l’an dernier. La présence des groupes armés illégaux autour des camps connait aussi une baise significative. Désormais, l’enjeu pour les occupants est autour des conditions de vie sur les sites.

L’année dernière, les déplacés internes des 04 Etats du Darfour ont vu leur sécurité dans les camps s’améliorer considérablement. Un rapport du Croissant-Rouge soudanais avec le bureau central des statistiques du Soudan précise que 71,4% des occupants, en 2017, ont noté une amélioration de la sécurité dans les camps. Plus de 70% des habitants reconnaissent une baisse significative de la présence des groupes armés illégaux autour des camps. La sécurité est principalement assurée par les forces gouvernementales et la police locale, et partiellement par les forces de l’UNAMID, une force conjointe de maintien de la paix conduite par les Nations Unies et L’Union africaine.

Lors de l’enquête, 664 personnes issues de 21 camps ont été interrogées dans 04 Etats du Darfour. Les experts ont également interviewé des leaders communautaires et les autorités locales. Le projet consistait en l’étude des conditions de vie dans les camps de déplacés. L’intégralité du rapport a été remise, en exclusivité, aux services en langue arabe d’ADV news, une agence de presse panafricaine.

Des efforts à venir pour la vie dans les camps

Les résultats de l’enquête montrent, entre autres que l’an dernier, la préoccupation majeure était autour de la santé, l’éducation et la qualité de l’eau. Malgré la présence de l’aide humanitaire dans toutes la région, et l’accompagnement du gouvernement soudanais ainsi que de l’UNAMID, environ 60% des personnes sondées ont déploré une détérioration de la délivrance et de la distribution de l’assistance.

Le projet a, également, étudié le désir des personnes de retourner chez elle. Plus de 80% des déplacés, vivant dans les camps depuis moins de 02 ans souhaitent retourner à leurs domiciles. Cependant, l’enquête révèle que chaque année passée dans un camp augmente l’intention d’une habitation permanente. Environ 45% des déplacés habitant les camps depuis plus de 11 ans, expriment le désire d’y rester pour toujours. Pour eux, les camps garantissent la stabilité. Ils ressentent également une peur du changement : beaucoup d’entre eux ayant trouvé sur place des emplois et des maisons équipées. Le rapport précise entre autres que 07% d’entre eux se sont même engagés dans l’entreprenariat.

A cause du nombre élevé de personnes qui voient désormais les camps comme lieu de résidence définitive, les autorités de la région procèdent à un redéploiement dans de nouveaux lotissements. L’objectif étant d’assurer de meilleurs conditions de vie à travers des infrastructures permettant un meilleur accès à : l’électricité, l’eau, les soins de santé, l’éducation et aux lieux de cultes. Plusieurs projets ont déjà été réalisés non-loin des villes d’Al-Fashir Al-Fashir, Kas, Nyala, Geneina et Zalingey.

03oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo