LES FILLES ET FILS DE DIKOLO-BALI BONANJO S’OPPOSENT A L’EXPROPRIATION DE LEURS TERRES !
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: LES FILLES ET FILS DE DIKOLO-BALI BONANJO S’OPPOSENT A L’EXPROPRIATION DE LEURS TERRES ! :: CAMEROON

Aujourd’hui, le Peuple sawa ne peut plus attendre ! trop c’est trop !

Avides de justice et de paix, les Sawa se sont toujours battus pour préserver, protéger leur territoire et leur amour pour leur coutume. Leur fierté, souvent associée au tribalisme, ne leur empêche pas d'être ouverts aux étrangers et d'accepter les différences des autres ethnies.

En essayant de réfléchir sur ce qui venait de nous arriver – d’arriver à notre ETHNIE – les SAWA : le vendredi 19 novembre 2021 à Bali Duala - la police a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour empêcher la marche pacifique de protestation contre l’expropriation des autochtones de Dikolo-Bali dans le canton Bell. Nous avons été bouleversés et choqués - des images intolérables - la colère est bel et bien là !

À l'origine, il s'agissait d'une manifestation pacifique des fils et filles du Canton Bell Bonanjo qui avait pour objectif - l’annulation du décret concernant l’expropriation des autochtones de Dikolo-Bali au Canton Bell.

Les filles et fils du Canton Bell Bonanjo défilèrent avec quelques banderoles à l'intention des journalistes qui indiquaient par exemple cette revendication : « Halte à l’injustice aux enfants de Bonanjo » ; « Halte à l’expropriation de Dikolo-Bali » ; « L’hôtel n’est pas une utilité publique » ; « Annulez le décret d’expropriation » ; « Fils et Filles de Bonanjo disent non à l’injustice » ; « Libérez les TF (27592 - 46772 - 17642 ) » ; « Nous ne sommes pas des voyous ! » ; « Nous ne sommes pas des voleurs de terrains – des mafieux » ; « Nous sommes des autochtones – des propriétaires » ; « Nous occupons les terres de nos ancêtres à Dikolo-Bali » ; « Halte à l’accaparement des terres Bali-Dikolo » ; « Halte à l’atteinte de la mémoire de Rudolf Duala Manga Bell » ; « Nous n'accepterons jamais de nous faire exproprier » !

Plusieurs personnes ont dû être soignées pour avoir inhalé des gaz lacrymogènes.

La police du Cameroun réprima avec une telle violence la manifestation !

L’appel des Patriarches Valère Epée et Francis Kwa Moutomè suite à cette expropriation (violence) : « A BANA BA SAWA BINO WEMA SONE SONE MBOA EMALA ! »

Le Peuple sawa se dit solidaire avec les filles et fils de Dikolo-Bali et condamne fermement l'intervention brutale de la police, disproportionnée par rapport à l'attitude des filles et fils du Peuple du Canton Bell.

Lorsqu’on parle d’expropriation pour cause d’utilité publique, nous aimerions voir des routes, des hôpitaux et des écoles modernes et surtout ne plus devoir se battre pour la corruption, ne plus voir des personnes payer des pots-de-vin à droite et à gauche pour bénéficier des terres sawa.

Les terres du Peuple sawa ne doivent plus être un gâteau qu’il faut distribuer, partager entre AMIS !

Nous, Peuple sawa, méritons mieux que cela !

Voilà trop longtemps que peu à peu, à travers l’Etat, les allogènes nous dépouillent de tous nos domaines : Mungo, Yabassi, Édéa, Kribi, aujourd’hui, Duala ! Depuis longtemps maintenant, l’exercice quotidien des Sawa est de regarder impuissants nos terres partir !

Ce décret d’expulsion contre les autochtones du Canton Bell - c’est une décision qui sème le trouble dans la population sawa. C’est une décision que le Peuple sawa ne comprend pas ! Une telle décision jouerait an faveur des ennemis du Cameroun, elle accentuerait la haine entre Camerounais, et laisserait propager le sentiment du TRIBALISTE d'un autre temps.

Notre vœu le plus cher, aujourd’hui, pour la PAIX du Cameroun, c’est de revenir sur les expulsions et l’annulation (le retrait) de ce décret.

Nous observons que l’effet produit par cet acte devrait être le contraire de celui que recherchaient les PROMOTEURS de la disparition de l’ETHNIE SAWA : au lieu de nous faire peur – ils nous donnent plutôt du courage – au lieu de nous fragmenter – ils nous réunissent ! Ils nous rassemblent en nous faisant prendre conscience qu’il fallait maintenant passer de chacun pour soi à la communauté sawa – au GRAND SAWA !

Cet épisode et leur intimidation dont la réalité vient de nous frapper – doivent nous faire comprendre que nous sommes maintenant à un moment charnière de l’histoire de notre ETHNIE – les SAWA. Ce moment doit être celui du REVEIL - il faut en finir avec les discours de la DECADENCE – les discours

de la VICTIMISATION. L’ethnie sawa est bien plus forte qu’on ne le croit. Elle possède les armes de la victoire. Encore faut-il les mobiliser !

C’est désolant de constater à quel point, les Elites sawa, les Chefferies et l’Assemblée du Ngondo laissent passer cette tourmente sans dire le moindre mot ! Nous, SAWA, nous nous interrogeons sur les raisons de ce silence, est-ce une alliance objective avec les allogènes ou un « malaise » face à cette situation. Nous, SAWA, pensons que dans les deux cas, c’est inexcusable ! injustifiable !

Mais, aujourd’hui, ne retombons pas dans nos habituelles divisions ! Les ACTIONS de déstabilisation de notre ethnie s’organisent devant nos yeux !

Aujourd’hui – posons–nous d’abord une question simple : que nous est–il arrivé ? Comment en est–on arrivé là ?

Nous devons abandonner toute naïveté, tout calcul, sans pour autant céder la place à la tentation facile d'amalgames vengeurs et injustes - Il ne s’agit pas d’accuser nos élites – il s’agit de comprendre que cela nous invite devant notre propre responsabilité collective.

Cherchons les causes – les causes profondes et voyons ce que nous pouvons faire ensemble pour que la prise de conscience se transforme en projet de société.

Aujourd’hui – nous avons compris que la bataille entre les autochtones sawa et les allogènes peut virer – si nous le souhaitons assez fort – à l’avantage des premiers – à notre avantage – à nous les SAWA !

Le contexte dans lequel se trouve l’ethnie sawa en ce moment ne laisse d’autre choix aux SAWA que de faire tout pour s’entendre.

Seule une action concertée nous permettra d’échapper au pire. Ayons la force et le courage de nous rassembler pour sortir de la situation actuelle ! Agissons vite avant qu’il ne soit trop tard !

Aujourd’hui – l’Histoire nous tend la main ! Ne la refusons pas ! Ne la décevons pas !

Nous devons donc devoir convertir en « Etats Généraux du Peuple Sawa » – un moment de communion. Si nous y parvenons – alors cette « COLERE » sortira de sa pure absurdité apparente pour devenir un « ESPOIR » qui nous aura fait grandir et nous retrouver !

Nous avons tous besoin à présent de nous retrouver autour d’un « ARBRE A PALABRE » – qui rassemble – pour rompre enfin avec la discorde installée depuis des années par tous ceux qui ont tenté d’en faire une arme de division – d’exclusion et de stigmatisation !

Le Peuple sawa a toujours été fidèle à la République, a toujours servi l’Etat, nous pensons à ses enfants qui se sont battus pour nous – pour nos terres - pour un idéal de « PAIX » : Rudolf Duala Manga Bell ; Wilhelm Madola Dimalè ; Ngosso Din ; Ruben Um Nyobé ; Marcel Eyidi Bebey ; etc.

Une force sawa est en train de naître à partir de cette affaire à Duala et dans la diaspora, nous espérons que notre message sera entendu !

Paris, le 24 novembre 2021

Patrice EKWE EDIMO SILO
Mouvement Pour la Renaissance du Peuple Sawa

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo